Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Bâtiment : des carnets de commandes maintenus dans un contexte compliqué

Bâtiment. La Fédération du bâtiment et des travaux publics des Ardennes qui regroupe 295 entreprises de tous métiers a tenu sa 76e assemblée générale à Charleville-Mézières.

Bâtiment : des carnets de commandes maintenus dans un contexte compliqué
Christophe Jacquemard (3e en partant de la gauche) aux côtés de ses collaboratrices et de son directeur général, Frédéric Jolion. (Crédit : P. Rémy)

Arrivé au terme de deux mandats successifs de trois ans, le président Christophe Jacquemard a pris la parole pour la dernière fois, il sera remplacé à ce poste, le 29 novembre, par celui (ou celle) qui sera élu par un conseil d’administration composé de 34 membres. Le président sortant a profité de cet ultime moment pour faire le point sur l’état d’esprit actuel de la profession. Dans son rapport moral prononcé devant près de 200 personnes, il a évoqué le niveau d’activité des entreprises du secteur, après avoir retracé la feuille de route qu’il s’était fixée au début de sa mandature. À commencer par la construction d’un nouveau siège social à Villers-Semeuse après 50 ans passé dans un immeuble du Boulevard Gambetta, à Charleville-Mézières.


>LIRE AUSSI : Une filière de béton recyclé en construction dans l’Aube


« Nous sommes aujourd’hui installés dans des locaux accessibles avec de nombreux parkings et des conditions de travail optimales. Je suis ravi d’avoir pu mener à bien ce projet initié par Nathalie Ferracin. » Le second objectif était d’accentuer les services aux adhérents en augmentant le nombre de visites en entreprises et les réunions délocalisées. « Cette proximité accrue n’a pas fait baisser le nombre de sollicitations par mail et téléphone puisque 2 000 consultations juridiques et techniques sont adressées à nos services chaque année », a ainsi rappelé Christophe Jacquemard.
Les entreprises du Bâtiment ont, par ailleurs, ouvert les portes de leurs chantiers et de leurs ateliers aux jeunes et au grand public lors de la 20e édition des « Coulisses du Bâtiment ».

Autre réussite notoire : la relance sous l’impulsion de Corinne Sac du groupe « Femmes dirigeantes du BTP » qui se réunit pour échanger, s’informer et parfois aussi, rompre l’isolement. « Ce collectif a notamment participé aux Sensation’elles, grande manifestation organisée à Lille pour promouvoir les femmes du Bâtiment et dont les Ardennaises ont été les lauréates ! »

De 5 000 salariés en 2008 à 3 380 aujourd’hui

Un autre défi portait sur la valeur ajoutée de la Fédération sur les questions techniques. « Nous avons fortement progressé grâce à la mise en place d’une ‘‘équipe Métiers’’ au sein de la FFB Grand Est qui apporte un soutien précieux aux entreprises. Philippe Jourdain a dépensé beaucoup d’énergie pour mettre le métier au cœur de la nouvelle Fédération régionale. » Après s’être félicité de la progression de plus de 16 % du nombre d’adhérents en l’espace de six ans, Christophe Jacquemard a égratigné « les pseudos professionnels qui harcèlent nos clients avec des propositions de travaux à 1 euro » Le président s’ en est aussi pris aux micro-entreprises du BTP (elles sont 994 et emploient 35% des effectifs de la totalité des entreprises locales) : « Beaucoup travaillent au mépris du droit du travail et de la sous-traitance grâce à du travail au noir déguisé sous un vernis de légalité », a-t-il pointé.

Une fois ce « coup de griffe » donné, Christophe Jacquemard s’est penché sur le contexte économique actuel en déplorant la difficulté de recruter et la hausse des prix des matériaux et de leur approvisionnement, « ce qui rend difficile le dialogue avec nos clients et provoque des annulations de devis ». Toutefois, malgré le décalage de plusieurs opérations, l’effondrement du marché du particulier et la baisse du nombre de salariés, passés de 5 000 en 2008 à 3 380 en 2022, le carnet de commandes des entreprises du BTP s’est maintenu à un niveau correct.

Pascal Remy