Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Une élection pour des enjeux divers dans la Marne

Elections. Les élections législatives sont un enjeu majeur pour les candidats, bien entendu, mais aussi pour leurs partis respectifs. Les résultats pourraient bien avoir des conséquences sur l’avenir de certains d’entre eux.

Valérie Beauvais (LR), Anthony Smith (NUPES) et Florian Benadassi (Reconquête), trois candidats pour des projets opposés.
Valérie Beauvais (LR), Anthony Smith (NUPES) et Florian Benadassi (Reconquête), trois candidats pour des projets opposés.

Députée sortante sur la première circonscription et chef de file LR dans le département de la Marne, Valérie Beauvais se représente pour un deuxième mandat. Soutien de Valérie Pécresse pendant la campagne présidentielle, la candidate assume les résultats de son camp mais rappelle son « très bon programme notamment en matière de pouvoir d’achat, de restauration de l’autorité de l’Etat, de sécurité et de santé ». Un programme qu’elle défend pendant sa campagne qui se déroule dans un contexte particulier, puisqu’elle retrouve face à elle l’adjoint au maire de Reims Xavier Albertini et une gauche unifiée derrière Evelyne Bourgoin, sous la bannière NUPES. Candidate de la droite et du centre (LR, UDI, Centristes) Valérie Beauvais défend son bilan des cinq dernières années et son action tant dans l’hémicyle que sur le terrain et en permanence où elle a rencontré pas moins de 800 personnes.

Au-delà de son cas personnel, il s’agit pour elle de contribuer à créer un groupe suffisamment fort à l’Assemblée nationale pour peser dans les débats. « Si on a uniquement un parti présidentiel, une extrême gauche revigorée et quelques députés d’extrême droite, c’est un très mauvais signe pour la démocratie », assure-t-elle, encourageant les électeurs à ne pas écarter son parti du jeu. Un mouvement qui devra aussi tirer les enseignements des derniers mois, juste après ces élections. « Nous aurons besoin de refondre notre parti, pour mettre l’accent sur notre projet social et solidaire comme l’ont fait le RPR et l’UMP auparavant ».

La NUPES optimiste

Sur la quatrième circonscription, Anthony Smith visera quant à lui le poste occupé jusqu’à présent par Lise Magnier (Horizons, majorité présidentielle). « J’ambitionne de faire basculer historiquement cette circonscription à gauche », annonce-t-il. à l’image de son leader national Jean-Luc Mélenchon, le candidat NUPES vise clairement la victoire au soir du 19 juin, sans autre alternative possible. « Soit on gagne, soit on gagne », précise-t-il pour souligner que, quel que soit le nombre de sièges à l’Assemblée, les élus NUPES sauront se faire entendre, comme lors du dernier quinquennat.


>LIRE AUSSI : Législatives : les candidats déclarés dans la Marne et les Ardennes


Avec en ligne de mire une majorité à l’Assemblée nationale et le poste de Premier ministre. « Dans la foulée, nous lancerons deux conférences sociales : l’une sur l’augmentation des salaires et le SMIC à 1500 euros nets et l’autre sur les conditions de travail ». D’ici là, l’inspecteur du travail compte fédérer sur les grandes lignes du programme de son camp : lutte contre la pauvreté, questions de santé, lutte contre les glyphosates... grâce à « une campagne dynamique, militante et de terrain, en concordance avec nos idées ».

Refondre toute la droite

Responsable départemental du parti Reconquête dans la Marne, Florian Benadassi veut commencer à rassembler la droite autour du nouveau parti. Ancien du Rassemblement National, il avait quitté le parti de Marine Le Pen à l’issue des élections présidentielles de 2017 pour rejoindre le mouvement lancé par Eric Zemmour au printemps 2021. Il revendique aujourd’hui plus de 900 adhérents dans la Marne et présente un candidat sur chaque circonscription. Pour lui, ces élections législatives auraient pu être l’occasion de présenter des candidatures uniques du côté de la droite. « Nous partons désunis avec trois voire quatre candidats de droite, donc cela peut s’annoncer compliqué de remporter des circonscriptions. Pourtant nous aurions pu nous entendre sur 80% des sujets », analyse-t-il. Selon lui, l’après-législatives pourrait donner lieu à une grande refonte de la droite française, dans la lignée de l’échec encore frais de Valérie Pécresse.

« Si une partie des LR est soluble dans le macronisme, d’autres candidats rejoindront Reconquête ou le RN, même si ce dernier va connaître lui aussi une forte recomposition ». Sur la 1ère circonscription de la Marne où il se présente, Florian Benadassi estime que la division des voix, d’un côté entre la sortante Valérie Beauvais, Xavier Albertini et de l’autre entre le RN et Reconquête, risque de bénéficier à la candidate issue de l’union de la gauche, Evelyne Bourgoin. Pour tirer son épingle du jeu, le conseiller municipal de Cormicy compte sur les rencontres avec les habitants pour « faire émerger les idées d’Eric Zemmour, aller chercher de nouveaux électeurs et pourquoi pas ceux qui ont voté RN aux présidentielles ».

Benjamin Busson