Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Législatives 2022 : le Rassemblement National s’empare du sud de l’Aisne

Législatives. Les trois circonscriptions les plus au sud du département sont tombées dans l’escarcelle du parti présidé par Jordan Bardella. En Thiérache, l’ancien député socialiste, Jean-Louis Bricout, conserve son siège tout comme Julien Dive (LR) dans le Saint-Quentinois.

Législatives 2022 : le Rassemblement National s'empare du sud de l'Aisne
Les sortants Julien Dive et Jean-Louis Bricout ont remporté leurs duels face à des candidats RN pour conserver leurs sièges à l’Assemblée nationale. (Crédit : DR)

Élection après élection, les tendances de fond ne font que se confirmer et l’Aisne n’échappe pas à la règle : un taux d’abstention endémique et une montée des extrêmes. Avec un taux de participation de 44,63 %, le second tour des élections législatives a encore moins mobilisé les Axonais que lors du premier tour (45,92 %). Qualifié dans les cinq circonscriptions, le Rassemblement national (RN) a emporté les suffrages dans trois d’entre elles, faisant voler en éclats le « front républicain ».


>LIRE AUSSI : Élections législatives : Le Rassemblement national fait carton plein dans l’Aisne


Dans la première circonscription, celle de Laon, la députée sortante de La république en marche (LREM), Aude Bono-Vandorme, n’a pu résister à la déferlante « bleu Marine ». Nicolas Dragon (RN) a recueilli 54,56 % des voix. Dans le Soissonnais, le scénario s’est répété à l’identique pour le second représentant de la majorité présidentielle, encore en lice, Marc Delatte. L’élu de la 4e circonscription a été nettement battu par José Beaurain (RN), crédité de 57 % des suffrages. Ce dernier devient ainsi le premier député non-voyant de la Ve République.

Règlement de comptes à Château-Thierry

En Champagne picarde, dans la cinquième circonscription qui inclut notamment Château-Thierry et Villers-Cotterêts, le candidat de la Nupes Stéphane Frère (La France insoumise), arrivé en tête lors du premier tour, n’a pas pu résister à la dynamique du candidat d’extrême-droite Jocelyn Dessigny (62,41 %). Un résultat qui a fait bondir le député sortant, Jacques Krabal, qui ne briguait pas de nouveau mandat. Dans un communiqué au vitriol, le député sortant (LREM) a fustigé la candidature « dissidente » du maire de la « Cité poétique », Sébastien Eugène, responsable, selon lui, de la non-qualification au second tour de la candidate investie par la majorité présidentielle, Jeanne Roussel. Il a notamment accusé le candidat, arrivé quatrième, d’avoir « entraîné tout le monde, à commencer par les habitants du sud de l’Aisne, dans [sa] défaite » et lui a demandé « d’oser l’humilité ».

Jean-Louis Bricout et Julien Dive font de la résistance

Dans la deuxième circonscription, le « Républicain » Julien Dive a conservé la faveur des électeurs lors de sa confrontation avec Lola Puissant (RN). Si, dimanche, il a enregistré une confortable avance face à la candidate « frontiste » (58,17 %) et validé un nouveau mandat à la députation, il a néanmoins échoué à obtenir la confiance de ses pairs, lors de l’attribution de la présidence du groupe LR à l’Assemblée. En Thiérache, au nord de l’Aisne, le « divers gauche » Jean-Louis Bricout a validé, quant à lui, un troisième mandat consécutif de député Celui qui a refusé le soutien de la Nupes a confirmé son avance du premier tour face à Paul-Henry Hansen-Catta (RN) en récoltant 54,84 %.

Stéphane Bourdier