Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Législatives 2022 : deux habitués et un novice élus dans les Ardennes

Législatives. Pas de grande surprise dans les Ardennes où les trois favoris à l’issue du premier tour se sont imposés.

Législatives 2022 : Lionel Vuibert et Pierre Cordier
Lionel Vuibert (LREM), député de la 1ère circonscription des Ardennes et Pierre Cordier (LR), député de la 2ème circonscription.

Les députés sortants, Pierre Cordier (LR) et Jean-Luc Warsmann (DVD), n’ont laissé planer aucun suspense dans les deuxième et troisième circonscriptions et prolongent leur bail au Palais Bourbon. En revanche, dans la première « circo », Lionel Vuibert (Ensemble !) semblait avoir fait le plus dur au premier tour en devançant de 264 voix le conseiller régional Guillaume Maréchal (LR), adoubé par Bérengère Poletti. Il s’est imposé sur le fil (50,34 %) face à Laurent Richard, représentant du Rassemblement National (49,66 %) qui a progressé de 6 000 voix entre les deux tours.

Sur les traces de son père

Déjà maire de Faissault depuis 2008 (un poste qu’il va devoir abandonner), conseiller général du canton de Signy-L’Abbaye et vice-président de la communauté de communes des Crêtes préardennaises, Lionel Vuibert étoffe devient à 53 ans député des Ardennes. Le fils de l’ancien député-maire UDF de Rethel succède dans l’hémicycle à Bérengère Poletti qui s’est retirée après 20 ans de règne. Délégué général de l’UIMM, il demandera sa mise en disponibilité pour se consacrer pleinement à sa nouvelle vie.

Celui qui fut aussi conseiller municipal à Charleville-Mézières durant deux mandats et qui se définissait comme « un enfant du pays et de la ruralité » a comblé le retard qui le séparait de Laurent Richard (RN), professeur au collège d’Asfeld, pour arriver en tête grâce à une partie du report des voix de Guillaume Maréchal et de la candidate écologiste, Juliette de Causans. Lionel Vuibert offre ainsi à la majorité présidentielle son premier succès notoire dans ce département.


>LIRE AUSSI : Législatives : les candidats déclarés dans la Marne et les Ardennes


« Cette élection a été difficile et rude puisque je n’ai que 198 voix d’avance sur mon concurrent. Mais cette victoire, due en grand partie à mon implantation locale, est d’autant plus belle et méritoire. Mes premières priorités iront au vote d’une loi pour le pouvoir d’achat et au développement économique de ma circonscription » souligne le vainqueur qui a bénéficié d’un fort vote en sa faveur à Charleville-Mézières et Rethel.

Cordier et Warsmann incontournables

Dans la seconde circonscription (Charleville-Mézières-Givet), Pierre Cordier (LR) a assuré son leadership. Le conseiller départemental de Nouzonville ancien maire de Neufmanil (2001 à 2020) a devancé dans les grandes largeurs Baptiste Philippo (RN) : 69, 39 % contre 30,61 % à son rival. « Les chiffres me placent comme le candidat qui a fait le meilleur résultat sur le département » savourait cet élu de terrain âgé de 50 ans, récompensé de son travail quotidien de proximité.

Enfin, dans la troisième circonscription (Sedan-Vouziers), Jean-Luc Warsmann (DVD), a rempilé à 56 ans pour la sixième fois consécutive sans la moindre inquiétude, emportant 67, 75 % des voix. Député depuis déjà 27 ans, l’ancien édile de Douzy (1995 à 2004) et devenu incontournable dans son secteur géographique où il s’est, il est vrai, fort impliqué. Sa suprématie dans une élection qui est devenue sa chasse gardée n’a jamais été contestée par l’Axonais David Lemoine (RN), resté loin derrière.

Pascal Remy