Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Vachette-Assa Abloy ont trouvé les clés de la révolution numérique

Industrie. Le leader français de la serrure utilise des « cobots » et la démarche industrie 4.0 pour s’adapter à la demande et au marché.

Vachette-Assa Abloy ont trouvé les clés de la révolution numérique
Dans les ateliers de Sainte-Savine, des robots travaillent en collaboration avec les opérateurs (Crédit : L. Locurcio)

Troyes et le serrurier Vachette, c’est déjà une très longue histoire qui remonte à 1864, date de sa création. Au fil du temps, l’entreprise qui ne fabriquait à l’origine que des serrures pour meubles a investi tous les secteurs et tous les pays pour atteindre une notoriété mondiale. Depuis 1997, l’entreprise a intégré le géant de la fermeture et de la sécurité, le groupe suédois Assa Abloy, présent dans 70 pays avec 51 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires 2021 de 9,4 milliards d’euros. La marque Vachette demeure une véritable référence en matière de sécurité et ses produits, toujours plus technologiques, continuent d’être fabriqués dans l’Aube. Assa Abloy y possède deux établissements, une usine de production basée à Sainte-Savine avec 280 personnes et un centre de services partagés sur le Parc du Grand Troyes avec 160 collaborateurs. L’usine de Sainte-Savine, qui a succédé en 2012 au site historique de la rue de la Paix à Troyes, devenu trop enclavé, fait régulièrement l’objet d’importants investissements.


>LIRE AUSSI : La Banque des Territoires en mission accompagnement


Ainsi, en 2017 a été lancé un vaste projet de refonte des flux pour réduire le temps de fabrication et renforcer l’automatisation en vue de maîtriser les coûts de production et diminuer les tâches pénibles pour les collaborateurs. Dans les 22 000 m² de bâtiments, on y fabrique des cylindres, des serrures multipoints et des serrures anti-panique. Des produits techniques, destinés à 70 % à la distribution professionnelle, qui ont permis au site savinien de réaliser un chiffre d’affaires de 89 millions d’euros l’année dernière.

Pour répondre à une production diversifiée de 2 500 lignes de commandes par jour, d’importants investissements ont été réalisés comme l’achat de sept « cobots ». Ces robots collaboratifs assistent les opérateurs en réalisant à leur place les tâches pénibles et sans valeur ajoutée. « La mise en place de ces cobots a permis de préserver l’emploi et d’améliorer les conditions de travail », fait remarquer Fabien Forgeot, directeur établissement et opérations du site de Sainte-Savine.

Logiciel de pilotage

Une formation a permis aux opérateurs de s’approprier ces nouvelles méthodes de travail alliant robotique et savoir-faire humain. Un atout important pour améliorer la réactivité et la personnalisation des produits. « La force de notre site est de pouvoir personnaliser ses commandes en fonction des besoins des clients dans des délais très courts, moins de 4 jours pour des organigrammes de moins de 50 cylindres », analyse Fabien Forgeot. Un organigramme de clé permet de hiérarchiser le système d’accès d’un projet de construction, chaque accès étant identifié et référencé notamment pour renforcer la sécurité et limiter le nombre de clés.

Le site savinien a également initié un nouveau projet industrie 4.0 avec la mise en place d’un logiciel de pilotage de production Manufacturing Execution System. Il collecte en temps réel toutes les données de production grâce à l’analyse de la traçabilité, au contrôle qualité, au suivi de production, à l’ordonnancement et à la maintenance. Autant d’outils qui sont les clés pour réussir sa révolution numérique pour le leader français de la serrure. Un bel exemple aussi du savoir-faire technologique aubois, régulièrement mis en avant par Business Sud Champagne, l’agence de développement économique pour promouvoir l’économie auboise auprès des investisseurs.

Laurent Locurcio