Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Sopaic Repro investit 200 000 € dans deux nouvelles machines

Industrie. Les deux équipements de dernière génération ont nécessité un investissement important, soutenu par la région Grand Est et le Feder.

Sopaic Repro - Investissement - Grand Est - Industrie -
Maxence, Morgane et Stéphane Dupuis sont à l’origine du nouvel essor de l’imprimerie carolomacérienne, fondée en 1964 par Bernard Dupuis. (Crédit : Pascal Rémy).

A l’occasion de l’inauguration (reculée deux fois à cause du Covid) des nouveaux bâtiments dans lesquels elle est maintenant installée depuis août 2020, Sopaic Repro a présenté à sa clientèle deux nouvelles machines récemment acquises, une vernisseuse 3D et une machine de découpe automatique. Ces deux équipements de dernière génération ont nécessité un investissement de 200 000 euros, soutenu par la région Grand Est et le Feder, qui vont ouvrir de nouveaux horizons à cette PME familiale dirigée par Stéphane Dupuis et ses enfants, Maxence et Morgane.

2,8 MILLIONS D’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES

La société carolomacérienne spécialisée dans l’impression petit format (cartes de visites et de vœux, flyers, brochures, dépliants, plans, faire-part, papiers à en-tête, billetterie…) et grand format (affiches, bâches, enseignes, conceptions graphiques) emploie aujourd’hui 17 salariés au service de 2 000 clients. Depuis le glissement de l’entreprise vers le Cours Briand, Sopaic Repro a embauché deux nouvelles personnes et passé son chiffre d’affaires de 1,3 à 2, 8 millions d’euros. « En utilisant 150 tonnes de papier par an, on imprime mensuellement 1 000 m² d’adhésifs pour sticker différents véhicules publicitaires ou pour décorer, entre autres, des pots de glace, de confitures ou des ballotins de chocolats. Et aussi 1 000 m² de panneaux rigides ou aluminium pour les agences immobilière, les chantiers ou les parcours ludiques, 1 000 m² de bâches et calicots et un million de pages couleurs et noir et blanc », a énuméré Stéphane Dupuis. Celui qui a déjà passé 44 ans au sein de la PME a rappelé l’historique de cette institution carolomacérienne fondée en 1964 par son père, Bernard Dupuis, et Jacky Mantecon, à proximité de la Place Ducale. « La société photographique d’applications industrielles et commerciales avait alors pour vocation de développer les pellicules photos sortant de vos instamatic ou de vos 4X6. »


> LIRE AUSSI : Les scooters Mob-ion vont aussi carburer à l’hydrogène


Dans les années 70, l’entreprise qui n’avait pas modernisé son outil de travail dans les solutions de développement couleur, alors en plein boom, est confrontée à de grosses difficultés financières. Ce qui va amener Bernard Dupuis à changer totalement de métier en s’orientant vers l’imprimerie offset et le microfilmage de plans. Un choix judicieux qui permettra à l’entreprise de s’agrandir en acquérant l’imprimerie Savreux. Sopaic passe alors de 4 à 8 employés et prend ses quartiers au 24, avenue d’Arches avant de créer en 1985, son atelier de reproduction dans la même artère.

1990 marque une nouvelle étape importante de l’entreprise quand ses deux unités de production sont rassemblées avenue de Gaulle. La surface commerciale passe alors de 400 à 1 000 m².

En 2000 Sopaic Repro lance un nouveau slogan : « Notre métier, reproduire ». L’arrivée en 2010 de la troisième génération familiale, représentée par Maxence et Morgane, donne un nouvel essor à la société. Au point que Sopaic Repro investit plus de deux millions d’euros dans le rachat de l’enseigne Toutencam, la rénovation des bâtiments, l’extension du parc machines et la création d’un parking. « L’ouverture du magasin côté Cours Briand nous a donné plus de visibilité. Nous captons maintenant 200 à 250 personnes par jour dans la surface de vente », se félicite le patron arrivé à l’âge de la retraite mais toujours actif.

Pascal Remy