Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Les scooters Mob-ion vont aussi carburer à l’hydrogène

Energie. Alors que les premiers scooters électriques connectés AM1 sortent des lignes d’assemblage de Guise, le constructeur annonce un partenariat avec Pragma Industries pour développer, dès l’an prochain, une version équipée d’une pile à hydrogène.

Mob-ion table sur la commercialisation de 3 000 scooters AM1 cette année. (Crédit : Mob-ion).

Le 29 mai dernier, il y avait un petit accent picard au Grand prix de Formule 1 de Monaco. Les membres de l’écurie Alpine Renault circulaient, en effet, sur les scooters AM1 tout droit sortis des Grands ateliers, installés à Guise en Thiérache. En décembre dernier, l’entreprise parisienne Mob-ion a fait l’acquisition des 25 000 m2 de l’ancienne tôlerie industrielle Tidee pour y assembler ses modèles électriques, recyclables et certifiés « Origine France garantie ».


> LIRE AUSSI : Bornes de recharge : un marché sous tension


Après plusieurs années de R&D et 240 prototypes éprouvés, ce deux-roues robuste et durable entend séduire la clientèle professionnelle et les acteurs de la location en libre-service. Le président et cofondateur du groupe, Christian Bruère, vise d’ailleurs un développement rapide sur un marché, celui de la mobilité décarbonée, toujours plus dynamique. « Devant l’émergence du marché de l’électrique et la multiplication des zones à faibles émissions (ZFE) dans les agglomérations françaises, nos activités devraient continuer leur croissance dans les années à venir et nos besoins en recrutement, atteindre plus de 200 salariés en 2025 », précise le constructeur français spécialisé dans l’électronique de puissance.

DEUX NOUVEAUX MODELES EN 2023

En annonçant une collaboration avec Pragma Industries spécialisée dans la conception et la production de piles à hydrogène compacte, Mob-ion entend ainsi conforter ses positions sur la mobilité électrique « zéro émission ». L’an prochain, deux versions - un modèle L1e (équivalent à 50 centimètres-cubes) et un modèle L3e (équivalent à 125 centimètres-cubes) - doivent ainsi être commercialisées. « La technologie développée repose à la fois sur l’écoconception et l’économie circulaire en optant pour des équipements de très grande qualité, à forte modularité pour en maximiser la durée de vie. La taille de la batterie sera ainsi maximisée pour allonger sa durée de vie », précisent de concert les deux partenaires industriels.

Stéphane Bourdier