Informations régionales économiques et juridiques
130e année

SDP sécurise sa capacité d’innovation sur son site de Laon

Innovation. Sur son site de Laon (Aisne), la filiale du groupe portugais Rovensa a investi dans un nouvel espace consacré à la R&D dans le domaine des adjuvants et de la nutrition des plantes.

SDP sécurise sa capacité d'innovation sur son site de Laon
À droite de l’usine, l’extension consacrée à la R&D comprend 130 m2 de serres expérimentales. (Crédit : SDP)

Spécialisée dans la formulation, la fabrication et le conditionnement de produits d’adjuvantation et d’oligo-éléments, la société SDP connaît une croissance soutenue depuis 2018 et son intégration dans le portefeuille de Rovensa. En rejoignant l’un des leaders mondiaux des solutions industrielles à destination de l’agriculture, un an seulement après son installation dans la zone du Champ du Roy, la PME créée à Pinon en 1991 a démultiplié son expansion à l’international. Afin d’accompagner son développement et de répondre aux nombreux défis du secteur, elle a investi dans un nouveau centre dédié à la R&D accolé à son unité de production.


>LIRE AUSSI : Le futur autodrome de Laon-Couvron converti à l’électrique


Composée de nouveaux laboratoires de formulation, d’un espace dédié « aux solutions futures », d’une double serre d’expérimentation et d’un laboratoire de microbiologie, cette extension d’une surface totale de 400 m2 a été inaugurée, il y a quelques semaines. Financé à 90 % sur fonds propres, l’investissement de 650.000 euros a été complété par l’intervention de la communauté d’agglomération du Pays de Laon, au titre de l’aide à l’immobilier d’entreprise. Si le plan de financement a été bouclé au printemps 2020 au plus fort de la crise sanitaire, l’inauguration est intervenue, quant à elle, dans un environnement économique bouleversé par le conflit en Ukraine, l’inflation des matières premières et les difficultés d’approvisionnement.

De nouveaux défis

« Pour SDP, l’avenir c’est l’innovation. L’agriculture a besoin d’évoluer et la chimie a besoin d’être au support de cette innovation. Notre capacité d’innovation a été renforcée grâce aux derniers investissements », expliquait Jérémy Dauphin, directeur général du site, au lancement de l’opération. La création de cette infrastructure doit donc consolider l’autonomie de SDP dans la recherche de nouvelles solutions pour faire face aux défis environnementaux et productifs de l’agriculture.

Les chercheurs travaillent, notamment, sur la réduction de l’utilisation de la ressource en eau ou des doses de produits phytosanitaires. Ils collaborent, par ailleurs, avec la coopérative agricole Agrial, l’Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) et l’université UniLasalle de Beauvais (Oise) au projet Peel sur la valorisation des drêches de tomates. Dans l’Aisne, SDP emploie 70 collaborateurs, dont une cinquantaine sur son seul site laonnois, et réalise un chiffre d’affaires annuel de l’ordre 25 millions d’euros dont près de 30 % à l’export.

Stéphane Bourdier