Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Patrick Martin : « La seule solution, c’est le bouclier tarifaire »

Patronat. Le président délégué du Medef était en Haute-Marne pour l’assemblée générale du Medef 52.

Patrick Martin : « La seule solution, c'est le bouclier tarifaire »
Nicolas Boulommier et Patrick Martin. (Crédit : L. Locurcio)

En arrivant à Saint-Dizier pour participer à l’assemblée générale du Medef Haute-Marne, Patrick Martin arrivait tout droit de la porte de Versailles où le gouvernement présentait son plan de sobriété énergétique. « Ce sont pour la plupart des mesures incitatives, ce qui est toujours mieux que des obligations mais ce qui nous importe encore plus c’est d’obtenir pour les entreprises un système de plafonnement du prix de l’énergie, par exemple comme en Espagne et au Portugal », explique le président délégué du Medef. Une solution à trouver au niveau européen. « Nous mettons une pression terrible sur la Commission européenne car ce qui risque de se passer est dramatique pour nos entreprises », poursuit-il.


>LIRE AUSSI : Le Medef Aube prêt à investir dans des projets locaux


Déjà des délocalisations de production se dessinent vers des pays tels que les États-Unis où l’énergie est 8 fois moins chère qu’en France, et même au sein de la communauté européenne, où le régime dérogatoire obtenu par les entreprises portugaises et espagnoles leur permet d’obtenir des prix divisés par trois par rapport aux industriels français. Sans oublier le plan de soutien à 200 milliards d’euros de l’Allemagne qui risque d’accroître encore les inégalités des traitement au sein de l’Europe. Peu convaincu par les mesures de soutien aux entreprises annoncées par Bruno Le Maire, le président délégué du Medef les juge complexes à mettre en œuvre et trop sectorielles. « Pour les entreprises aussi il faut un système simple et accessible à tous, c’est le bouclier fiscal et si on n’y arrive pas, il y a aura péril en la demeure », craint Patrick Martin. Restant optimiste, il espère qu’une solution puisse être trouvée sous la forme d’un plafonnement tarifaire avant la fin de l’année. Sans pour autant croire aux miracles, car ces tarifs pourraient être trois à quatre fois supérieurs au prix de l’énergie avant cette crise aux multiples raisons.

Aider davantage l’entreprise

Les entreprises françaises devront continuer de faire des efforts de sobriété énergétique. « La transition environnementale, nous y sommes déjà, et nous avons même chiffré le coût pour nos entreprises », ajoute Patrick Martin, qui voudrait que l’État aide davantage l’économie française à aller vers la décarbonation. Autre sujet majeur à ses yeux, la formation et par voie de conséquence le recrutement. Justement, le Medef 52 y est confronté et a notamment organisé son premier forum de l’emploi pour permettre aux demandeurs d’emploi de rencontrer des entreprises. « Le recrutement c’est compliqué dans nos bassins, en particulier dans ceux où le taux de chômage dépasse à peine 5 % », fait remarquer Nicolas Boulommier, président du Medef de Haute-Marne.

Un taux qui est celui du bassin de Nogent, comptant de nombreuses entreprises. Malgré les difficultés de recrutement, les entreprises haut-marnaises se portent bien et sont de plus en plus nombreuses à adhérer à l’organisation patronale. « Nous proposons un appui important aussi, par exemple en nous appuyant sur nos collègues de la Moselle qui mettent à disposition de nos adhérents leurs services juridiques », précise-t-il.

Laurent Locurcio