Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Les urgences du CHT recrutent pour faire face

Santé. Troyes est l’un des plus gros services d’urgence du Grand Est avec plus de 80 000 passages par an.

Troyes - Hôpital - Hôpitaux - Santé
Autour de François Baroin, les professionnels du Centre Hospitalier de Troyes ont fait le point sur la situation aux urgences. (Crédit : Laurent Locurcio).

Les services d’urgence des hôpitaux vont-ils devoir fermer leurs portes cet été ? Ce ne sera pas le cas à Troyes malgré les affluences de plus en plus fortes aux services d’urgence. « L’Aube est le seul département du Grand Est à ne compter que deux services d’urgence pour 330 000 habitants », fait remarquer François Baroin. Aux yeux du président du conseil de surveillance du Centre Hospitalier de Troyes (CHT), cette situation particulière explique en bonne partie les difficultés rencontrées au service des urgences. Celui du CHT est le deuxième plus gros pôle régional d’urgences polyvalentes dans la région, avec jusqu’à 60 000 entrées par an et des pics à 220 patients quotidiens.

« Nos services d’urgences dimensionnés pour 50 000 passages par an sont aujourd’hui sur un rythme annuel de 80 000 », poursuit-il. Les raisons sont multiples, comme par exemple la baisse du nombre de médecins généralistes dans l’Aube ou encore les difficultés de recrutement de personnel médical. Afin de renverser la tendance et éviter d’avoir à fermer le service comme on le constate aujourd’hui dans d’autres villes, le CHT a lancé un plan d’action portant à la fois sur l’organisation des flux, la coopération avec la faculté de médecine et le CHU de Reims et le recrutement de professionnels avec un objectif de fidélisation.


> A LIRE AUSSI : West Pharmaceutical investit massivement sur son site de Nouvion-en-Thiérache


« En 2019 le CHT comptait 188 médecins, ils sont 207 actuellement avec 13 recrutements effectués l’année dernière », ajoute Philippe Blua, directeur général des Hôpitaux Champagne Sud. L’accent est mis sur la qualité de l’accueil de jeunes internes pour les inciter à rester à Troyes après leur internat.

EFFORT DE RECRUTEMENT

Cet effort de recrutement a notamment porté sur le service des urgences qui compte actuellement 24 médecins soit 18 équivalents temps plein. Sur cette année 2022, ce sont sept praticiens supplémentaires qui viendront étoffer le service des urgences. Dans le même objectif, une vingtaine d’infirmiers et aides soignants seront recrutés cette année. Pour parvenir à recruter sur les métiers en tension, le CHT compte sur l’accroissement des promotions de l’IFSI Troyes de l’ordre de 40 % chez les aides soignants et de 10 % chez les infirmiers.

Tout cela vise à fluidifier les passages aux urgences et non pas à en augmenter le nombre. Bien au contraire, des actions sont lancées en même temps pour désengorger les urgences. C’est par exemple la création de deux filières spécifiques, les urgences gynécologiques et les urgences pédiatriques. Il est également prévu d’installer un scanner à Bar-sur-Aube pour effectuer des prises en charge sur place. Enfin, la mise en place du dispositif SAS (service d’accès aux soins), en partenariat avec la médecine de ville est programmée. Le but étant d’éviter certains recours aux urgences en proposant d’autres modalités d’accès à des soins non programmés. En composant le 15, la régulation médicale orientera alors vers les urgences ou alors une structure de ville en fonction du réel degré d’urgence.

Laurent Locurcio