Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Le cabinet rémois AMALTHEE devient entreprise à mission

RSE. Le cabinet rémois AMALTHEE spécialisé dans le conseil et l’accompagnement des entreprises dans leur transformation marketing, digital et RSE, devient après un an et demi d’existence, entreprise à mission.

Le cabinet rémois AMALTHEE devient entreprise à mission
(Crédit : N. Desanti)

Karine Lecomte, présidente et créatrice d’AMALTHEE, l’explique : « Il me semblait nécessaire d’affirmer l’engagement environnemental et sociétal de l’entreprise en allant plus loin et en définissant véritablement sa raison d’être : inspirer et accompagner avec intégrité, exemplarité et excellence ses clients dans leur transformation vers un modèle d’entreprise durable à impact positif. » Il faut dire que Karine Lecomte a eu l’occasion de mûrir ses engagements, à la lumière de ses expériences dans le secteur de l’agroalimentaire en tant que responsable marketing chez Savencia (Responsable des marques Bordeau Chesnel, St Moret & Tartare) et Unilever (Amora / Maille) ou encore directrice de la communication et marketing chez Sushi shop. « À un moment donné, j’ai été plus en recherche de sens et d’une activité en accord avec mes convictions. Je cherchais à avoir aussi plus d’impact, c’est pour cela que je me suis lancée à mon compte », explique-t-elle. C’est ainsi dans cette droite ligne d’exigence vis-à-vis de ses engagements qu’elle devient entreprise à mission, changement rendu possible grâce à la Loi Pacte de 2019. Alors, concrètement, qu’est-ce que cela change ?

Etre exemplaire

Statutairement, l’entreprise se donne une finalité d’ordre social et environnemental. Cela oblige à définir non seulement sa raison d’être mais aussi des objectifs, avec la création d’un comité de suivi. L’exemplarité, presque une évidence lorsque l’on traite des sujets de RSE. « Quand j’accompagne une entreprise sur sa démarche RSE, il faut qu’elle soit au cœur de sa nouvelle stratégie. Souvent perdues, il faut insister sur le fait que la RSE ce n’est pas seulement ce qui touche à l’environnement mais aussi le social, le bien-être au travail ou encore l’éthique. » Karine Lecomte a ainsi créé « une grille de maturité » et anime également des ateliers. « L’entreprise doit embarquer les collaborateurs dans cette stratégie pour que tous soient partie prenante. Il faut un référent RSE mais la RSE ne doit pas reposer sur une seule personne. »


>LIRE AUSSI : Champagne : une démarche RSE "résolument disruptive


Et si deux certifications incontournables restent la norme ISO 26000 et la certification B-Corp (145 entreprises en France), il y aussi de nombreuses manières d’avoir une ligne directrice concernant la RSE. « Les entreprises peuvent mettre en place par exemple, une triple comptabilité. La comptabilité triple capital ajoute les chapitres de la performance sociale et de la performance environnementale à celui de la performance économique. Elle intègre donc au bilan comptable d’une entreprise, tant à l’actif qu’au passif, une valorisation financière des effets de son activité sur la société et sur l’environnement, que ces effets soient positifs ou négatifs. » En mettant en place un certain nombre de procédures, n’importe quelle entreprise, petite ou grande, de différents secteurs d’activité, peut devenir une entreprise à mission. En France, 600 entreprises sont reconnues entreprises à mission, dont des grands groupes comme Danone, la Maïf ou encore la Camif.

Nastasia Desanti