Informations régionales économiques et juridiques
130e année

La première place de marché pour ouvrir son capital en "tokens"

Financement. La société auboise Spuro lance SMSTO, un outil disruptif pour les levées de fonds des PME et des start-up auprès des investisseurs particuliers et institutionnels.

La première place de marché pour ouvrir son capital en "tokens"
L’équipe de Spuro autour de Benjamin Faraggi, à gauche, est spécialisée dans les technologies blockchain (Crédit : L. Locurcio)

C’est une vraie révolution dans le financement des entreprises qui se prépare grâce aux jetons blockchain. En clair, pour investir dans le capital d’une entreprise, investisseurs privés ou institutionnels devaient choisir entre le marché de gré à gré ou le marché boursier classique. Le premier étant plutôt réservé aux initiés et le second, davantage ouvert au grand public, étant relativement coûteux et lourd à gérer pour les entreprises concernées.

« Il y a eu en France une série de dispositifs législatifs et réglementaires qui permettent désormais la tokenisation des titres financiers d’une entreprise, et nous sommes les premiers à lancer une place de marché qui va permettre de le faire », précise Benjamin Faraggi, fondateur de Spuro. Baptisée Stock Market STO (Security Token Offering), la place de marché sera lancée sur internet dans quelques semaines, après un travail minutieux de préparation. En résumé, ce nouveau cadre juridique français reconnaît, pour les entreprises, la possibilité d’émettre des titres tokenisés (sous forme de jetons numériques NFT), sur un registre « distribué », permis notamment par la blockchain.


>LIRE AUSSI : Kagesecur met la blockchain à la portée des entreprises


Ces jetons, librement échangeables, confèrent à leurs détenteurs le statut légal d’actionnaire et tous les droits et bénéfices afférents comme la perception de dividendes, avec certaines subtilités comme l’absence de droit de vote. Le jeton numérique souscrit en euros par l’investisseur sur la place de marché SMSTO est en fait un titre financier représentant par exemple une action ou une obligation émise par une entreprise. « Le formalisme est beaucoup moins lourd et coûteux que les voies classiques et donc véritablement à la portée des PME qui veulent financer leur développement en faisant appel au marché et évidemment aux start-up », poursuit Benjamin Faraggi.

SPURO OUVRE LE BAL

Un type de financement nouveau certes, mais qui a déjà fait ses preuves aux États-Unis notamment. « Pour une entreprise c’est aussi la possibilité de transformer des clients en actionnaires, de mobiliser une communauté qui se fera l’ambassadeur de l’entreprise, de partager des valeurs au sens large », ajoute le fondateur de Spuro. Une sorte de crowdfunding mais avec des finalités économiques plus évidentes. L’un des principaux intérêts du système étant le recours à la blockchain qui permet une gestion sécurisée et très économique des actifs NFT. Pour donner l’exemple, la start-up auboise Spuro sera la première entreprise à utiliser la place de marché en ouvrant son capital à hauteur de 200 000 euros.

Une levée de fonds nécessaire au développement des projets du spécialiste de la blockchain, dont la place de marché SMSTO. Avec une équipe de quatre personnes, renforcée par des consultants en fonction des besoins, Spuro compte déjà de belles réalisations, comme le déploiement de Kagesecur, la plus importante blockchain de France utilisée notamment par des groupements d’avocats et d’huissiers de justice. Dans ses cartons aussi, d’autres places de marché permettant des échanges, toujours avec l’utilisation notamment de NFT et de la blockchain.

Laurent Locurcio