Informations régionales économiques et juridiques
130e année

La construction de demain se bâtit avec Demathieu Bard

Bâtiment. Si le groupe de construction Demathieu Bard fête ses 160 ans cette année, avec 43 implantations dans le monde et plus de 3 800 collaborateurs, l’agence de Reims, qui couvre la Champagne-Ardenne et l’Aisne, fête quant à elle ses 20 ans. 20 années pendant lesquelles le métier et les missions ont considérablement évolué.

Florent Haas, directeur de l'agence Demathieu Bard Construction Champagne
Florent Haas, directeur de l’agence Demathieu Bard Construction Champagne (Crédit : ND).

On connaît historiquement le groupe Demathieu Bard pour son expertise en Infrastructures et Génie civil, avec de vastes projets comme le métro lyonnais, les aménagements de tunnels du Grand Paris Express, ou la construction de centres de sécurité de centrales nucléaires. Mais depuis plus de 20 ans maintenant, le groupe a développé d’autres domaines d’expertises, comme le bâtiment, avec la conception-réalisation de grands programmes et projets, les activités spécialisées, complémentaires aux métiers de la construction, mais aussi la promotion immobilière. Cela s’est traduit par une évolution considérable du chiffre d’affaires passant de 200 millions d’euros à 1,8 milliard.

60 M€ de chiffre d’affaires en 2022

Portée par la force du groupe, l’agence de Reims a suivi une trajectoire similaire, passant d’une dizaine de collaborateurs à 130 aujourd’hui, avec un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros en 2022 (45 millions d’euros en 2021). Mais la diversification d’activité n’explique pas tout. « Notre stratégie est notamment de nous positionner comme interlocuteur unique sur les offres globales (tels que les marchés globaux de performance), avec comme objectif de tout coordonner et de répondre à des appels d’offres où nous sommes responsables du 1er coup de pelle au dernier de coup de peinture », détaille Florent Haas, directeur de l’agence Demathieu Bard Construction Champagne. Si elle cible des marchés de grande envergure, cette volonté a dû s’accompagner au fil des ans, de la mise en place de nouveaux métiers. « Pour accompagner ce développement, nous avons inventé de nouveaux métiers, avec en premier lieu un chef de projet en conception-réalisation, qui va appréhender dans son ensemble un projet avec toutes les problématiques auxquelles nous allons être confrontés. »


>LIRE AUSSI : Viliaprint : la maison aux murs en béton 3D inaugurée


Car aujourd’hui, les métiers du bâtiment doivent répondre à des normes de plus en complexes, notamment la fameuse RE 2020, applicable depuis le 1er janvier 2022, qui remplace la règlementation thermique (RT 2012). En France, le secteur du bâtiment représente en effet 44 % de la consommation d’énergie et près de 25 % des émissions de CO2. « Cette nouvelle réglementation prend en compte non seulement l’isolation des bâtiments mais également l’origine des matériaux, s’ils sont eux-aussi bio-sourcés. Elle veille à diminuer l’impact sur le climat des bâtiments neufs en prenant en compte l’ensemble des émissions du bâtiment sur son cycle de vie, de la phase de construction à la fin de vie, en passant par la phase d’exploitation (chauffage, eau chaude sanitaire, climatisation, éclairage…) », explique Florent Haas.

Anticiper les transformations du métier

L’agence de Reims a ainsi créé son propre réseau de partenaires, à travers le territoire, en pointe sur ces sujets, aussi bien de développement durable, de RSE que de QSE. « Il faut impulser une nouvelle manière de travailler, car nous n’avons pas d’autre choix que de nous adapter. En 2028, les seuils seront encore plus élevés. » Or si la volonté est présente, la réalité est quant à elle, plus compliquée. « Tout le monde essaie de créer de nouveaux isolants, mais il y a non seulement des problèmes de volumes mais aussi d’augmentation de prix »… que les clients ne sont pas toujours prêts à mettre. En acceptant les marchés globaux, l’entreprise s’engage aussi, via le cahier des charges, à assurer l’entretien et la maintenance sur la durée.

« L’idée est de mixer notre philosophie du lien, nos partenariats avec les entreprises locales, qui représentent 80% de nos entreprises partenaires, avec des missions de plus en plus tournées vers la rénovation énergétique »

Car les marchés publics comme privés commandent des bâtiments ultra-performants en termes énergétiques. L’agence Champagne s’est aussi spécialisée au fil du temps dans la réhabilitation et construction de programmes portés par les bailleurs sociaux du territoire (voir ci-dessous). Pour ces chantiers complexes, des postes de coordinateurs locataires ont été instaurés, « faisant l’interface entre les locataires et les entreprises de rénovation ». Grâce à ces postes, des personnes en réinsertion ont trouvé un emploi et pour certains, ont pu évoluer au sein de l’entreprise, répondant ainsi aux missions sociales que se donne également Demathieu Bard. Aujourd’hui, les marchés globaux de réhabilitation sociale représentent une part non négligeable du chiffre d’affaires, soit 10 millions d’euros sur l’année 2022. « L’idée est de mixer notre philosophie du lien, nos partenariats avec les entreprises locales, qui représentent 80% de nos entreprises partenaires, avec des missions de plus en plus tournées vers la rénovation énergétique », indique le directeur de l’agence Champagne.

Les projets innovants occupent ainsi une part plus grande, Demathieu Bard souhaitant anticiper les transformations du métier. Avec un fort ancrage local et un turn-over très peu élevé au sein de ses effectifs (50% des 130 collaborateurs ont plus de 10 ans d’ancienneté) l’entreprise regarde sereinement en direction des 20 prochaines années.

Nastasia Desanti