Informations régionales économiques et juridiques
130e année

In-Tracks développe le « management de l’énergie »

Énergie. Créée en novembre 2021, In-Tracks, start-up spécialisée dans le management de l’énergie grâce à une plateforme utilisant les données énergétiques des entreprises, connaît une progression exponentielle. Après une levée de fonds de 800 000 euros fin 2021, elle en ambitionne une seconde plus importante, en 2023.

In-Tracks développe le « management de l'énergie »
Léo-Paul Keyser et Stéphane Flandre ont co-créé la société In-Tracks, en associant leurs compétences (Crédit : N. Desanti)

« L’abondance, c’est terminé. » C’est par ces mots, dans son dernier discours du mois d’août, qu’Emmanuel Macron, président de la République a préparé les Français aux nécessaires économies d’énergies des prochains mois et prochaines années. Et si cette question centrale est devenue encore plus prégnante depuis la guerre en Ukraine, il n’en reste pas moins que les objectifs de neutralité carbone à horizon 2050 mènent les entreprises à marche forcée vers une réduction drastique de leurs émissions de CO2. Analyser la consommation énergétique de chaque entreprise et notamment de son parc tertiaire, en dresser un bilan et leur donner les clés pour améliorer leur empreinte carbone est tout l’ADN de la start-up In-Tracks, co-fondée par Stéphane Flandre et Léo-Paul Keyser, qui trouve tout naturellement sa place dans ce contexte de préoccupation énergétique et d’objectifs ambitieux.

« Nous proposons une vision globale du parc de bâtiment à distance, cela ne se substitue pas à un diagnostic énergétique. »

« Nous travaillons sur l’efficience énergétique des bâtiments grâce aux données collectées par ce que l’on nomme ‘‘les compteurs communicants’’ : Linky, Gazpar, Pme-Pmi », indique Stéphane Flandre. « Nous proposons alors d’accompagner les entreprises dans la réussite de leur transition énergétique grâce au croisement intelligent des données restituées par la plateforme que nous développons depuis 18 mois, Izaac », précise celui qui est aussi à l’origine de l’entreprise Initial Expertise, proposant du conseil en ingénierie pour l’industrie, les véhicules électriques mais aussi plus globalement les territoires. Le cœur de l’activité d’In-Tracks se réalise grâce à l’utilisation des données, de manière extrêmement réglementée. « Nous avons passé une homologation avec Enedis et GRDF pour avoir accès aux données stockées sur les serveurs. Ils nous auditent toutes les semaines, vérifiant que nous avons bien le consentement des clients pour les utiliser. Sinon, ils coupent tout. C’est très strict. »

Se mettre en conformité avec le Décret Tertiaire

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ? La plateforme permet d’avoir une vision globale des émissions du parc tertiaire du client en localisant sur une carte tous les établissements. Ces derniers sont classés par couleur, correspondant à leur stock d’émissions et les efforts qu’ils doivent faire pour être en accord avec un décret applicable en 2030, imposant à l’ensemble des assujettis une économie d’énergie de l’ordre de 40%. « Nous avons 200 000 points de données qui nous arrivent tous les jours traités de manière automatique », fait savoir Léo-Paul Keyser. Cet automatisme, c’est ce qui fait notamment la plus-value d’In-Tracks qui, du moment qu’il y a des compteurs intelligents à analyser, peut déployer son savoir-faire partout, en France et à l’International.


>LIRE AUSSI : L’inflation : multiples causes, nombreuses conséquences


« Quand il y a de la surconsommation ou une anomalie, on la détecte de suite », poursuit celui qui est diplômé de l’École nationale supérieure Mines-Télécom Lille-Douai. Une fois le diagnostic posé, In-Tracks propose des « Plans de Sobriété » pour accompagner l’entreprise et les salariés (plan d’action rapide comme baisser les consignes de climatisation, regrouper les personnes dans un même espace si la moitié des bureaux sont vides, éteindre les écrans le soir). Le bilan carbone de l’entreprise est ensuite présenté en Codir. Charge à elle, sur les conseils d’In-Tracks, de mettre en place les mesures pour corriger ces impacts et émissions.
« Nous proposons une vision globale du parc de bâtiment à distance, cela ne se substitue pas à un diagnostic énergétique. »

Une deuxième levée de fonds en discussion

Après une première levée de fonds de 800 000 euros fin 2021, « qui a posé un premier jalon de la plateforme », In-Tracks est en discussion pour une deuxième levée de fonds en 2023, plus importante, essentiellement pour développer de nouvelles fonctionnalités innovantes et déployables à l’International. Au niveau de l’Hexagone, de nombreuses collectivités se sont montrées intéressées par les services proposés par la start-up, à l’image de Rouen, Metz, Marseille ou encore Dijon. « Avec les nouvelles mesures annoncées concernant les bâtiments publics, nous sommes de plus en plus sollicités », confie Stéphane Flandre.

Avec un objectif affiché de 3 millions de chiffre d’affaires d’ici quatre ans, In-Tracks poursuit son développement. Ainsi, neuf offres d’emploi sont à pourvoir au sein de la structure, allant du « sales manager », à l’ingénieur consultant, en passant par l’assistant commercial ou encore le « back-end developer ».

Nastasia Desanti