Informations régionales économiques et juridiques
130e année

EXXACT Robotics vise l’agriculture de demain

Innovation. Filiale d’EXEL Industries, la société EXXACT Robotics a été créée en 2019, avec comme spécialité les solutions d’agriculture de précision. Plusieurs millions d’euros d’investissement ont été injectés dans ce centre de R&D dont deux produits phares ont été mis au point : TRAXX, un enjambeur autonome compact pour la vigne étroite et 3S, une solution de traitement ultra-localisé par capteurs embarqués.

EXXACT Robotics vise l'agriculture de demain
En 2 ans, EXXACT Robotics a mis au point un enjambeur autonome, idéal dans les terrains accidentés (Crédit : EXXACT ROBOTICS)

Pour comprendre l’histoire de la société EXXACT Robotics, il faut d’abord remonter à celle de « sa grande sœur », dont elle est une filiale, EXEL Industries, bien connue dans le paysage champardennais. À l’origine, une saga agricole, celle de la famille Ballu. En 1952, Vincent Ballu créé TECNOMA, une entreprise qui commercialise des pulvérisateurs agricoles et des tracteurs enjambeurs, révolutionnant le machinisme viticole. « C’est en 1987 que nait EXEL Industries suite à l’acquisition du leader français des pulvérisateurs agricoles et de jardin Berthoud. La marque devient alors un groupe multimarque dans la pulvérisation agricole », explique Colin Chaballier, directeur général d’EXXACT Robotics.

Aujourd’hui, EXEL Industries représente un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros en employant 3 600 salariés dans 27 pays à travers le monde et 23 sites de production. « Le groupe EXEL Industries s’est construit en Europe grâce à l’intégration de PME, toutes très innovantes sur leur propre marché. Le Groupe s’attache à conserver le savoir-faire de chacune de ses entreprises, ce qui permet une connaissance très fine du marché et des clients grâce à une proximité importante », précise Colin Chaballier.

« Nos technologies ne vont pas remplacer du jour au lendemain tous les usages, mais elles viennent en complément de celles existantes »

Or aujourd’hui, avec les impératifs environnementaux et climatiques, le monde du machinisme agricole doit évoluer avec des outils plus performants, permettant d’utiliser moins d’intrants mais aussi en assouplissant la pénibilité du machiniste et de l’ouvrier agricole. « Il y a une véritable attente de la société dans la réduction des pesticides. De toute façon, il y a aussi de nouvelles lois et normes européennes qui obligent les métiers à se transformer. Et nous, au sein du groupe, nous pensons que la réponse réside dans le changement des pratiques agricoles avec des machines plus performantes, autonomes ou semi-autonomes. » Et plutôt que d’externaliser les savoir-faire en matière d’innovation, le groupe a décidé de fonder entièrement, avec EXXACT Robotics, une nouvelle entité consacrée à la R&D, à Épernay et « répondre aux défis technologiques » notamment en créant 40 postes sur des activités d’ingénierie, de techniques agronomiques, de management, de design, de marketing…

Économie de 50 à 80% de désherbant

Après deux années intenses, malgré le covid, deux produits phares sont sortis des ateliers de R&D. En viticulture, c’est un enjambeur autonome « opérationnel pour le travail du sol en vigne étroite », qui a été entièrement créé, dénommé TRAXX. Le robot a été testé à Terrasolis et est produit localement, dans une usine du groupe, à Fère-Champenoise. « La machine peut fonctionner soit en étant guidée manuellement grâce à une télécommande, soit de manière totalement autonome en rentrant des données informatiques et en suivant un parcours GPS. » Un des atouts de TRAXX est qu’il est compact et léger. « Il peut aller partout et a une grande capacité de franchissement dans tout type de sols, y compris humides. Il est aussi très maniable », précise Colin Chaballier.


>LIRE AUSSI : Terrasolis : un pas de plus vers l’autonomie énergétique


En agriculture, c’est le produit « 3S » pour « Spot, Spray & Sensor » qui a été mis au point, une solution de traitement ultra-localisé par capteurs embarqués, avec des caméras qui viennent éviter de pulvériser là où ce n’est pas nécessaire. Elles reconnaissent automatiquement les mauvaises herbes. « Cette technologie permet une économie de 50 à 80% de désherbant ! » L’enjeu est bien de réduire les doses de produits appliqués (fongicides, herbicides, insecticides), et de donner plus de leviers agronomiques pour lutter contre les bio agresseurs. « Ces technologies apporteront également des outils de traçabilité, indispensables pour les agriculteurs et les entreprises de travaux agricoles. »

Testé depuis plusieurs mois avec des clients en grandes cultures en Europe centrale, en Amérique du Nord et en Australie, donc sous différents climats et différents types de cultures, l’outil devrait être développé à plus grande échelle d’ici quelques mois. « La technologie utilisée est à la fois très pointue mais aussi très simple d’utilisation puisqu’elle se fixe sur les rails du pulvérisateur agricole. Elle a donc vocation à être déployée un peu partout. De plus, les coûts d’achat des produits par l’agriculteur ainsi que les impacts environnementaux sont drastiquement réduits, tout en augmentant potentiellement les rendements des cultures. »

Feuille de route de « l’European Green Deal »

Tous ces outils entrent dans la feuille de route européenne « Farm to fork » (« de la ferme à la fourchette ») visant « un système alimentaire équitable, sain et respectueux de l’environnement », en minimisant l’impact de l’agriculture sur la biodiversité et les émissions de CO2. « Les objectifs du Green Deal imposent aux 192 pays signataires une réduction de 50% des usages des pesticides d’ici 2030, ainsi qu’une réduction d’au moins 20% des engrais. » D’ici à 2030, un des enjeux du Green deal est aussi d’atteindre 25% des terres converties en bio. Elles sont 8% aujourd’hui. Pour aider les professionnels à tenir ces objectifs en proposant des produits à la pointe de l’innovation EXXACT Robotics a ainsi « embauché 2 personnes par mois pendant un an », avec encore des postes à pourvoir comme techniciens agronomes.

Mais EXXACT Robotics se doit aussi d’être exemplaire dans sa propre chaîne de production : « Nous essayons de prendre les devants sur notre impact environnemental en analysant le cycle de vie de nos produits. » Entrent ainsi en compte le coût environnemental de la fabrication, l’utilisation lors de la vie de la machine, puis sa destination finale. « C’est bien sur l’exploitation du produit pendant son utilisation qui a le plus d’impact, l’enjeu va donc être d’optimiser le coût carbone en aidant au mieux notre client à décarboner son activité. » EXXACT Robotics prend aussi en charge la formation pour les machines avec un technicien qui vient expliquer comment elles fonctionnent.
« Nos technologies ne vont pas remplacer du jour au lendemain tous les usages, mais elles viennent en complément de celles existantes », précise Colin Chaballier.

Nastasia Desanti