Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Deux associations pour soutenir les entrepreneurs en difficulté

Association. Alors que les défaillances d’entreprises commencent à s’accentuer, dans un contexte post-covid, deux associations nationales d’aide aux entrepreneurs en difficultés ouvrent une antenne à Reims : 60 000 Rebonds et Second Souffle.

Deux associations pour soutenir les entrepreneurs en difficulté
Changer le regard stigmatisant de la société sur l’échec entrepreneurial et sur ceux qui y sont confronté est un des enjeux des associations 60 000 Rebonds et Second Souffle qui organisent ateliers et rencontres. (Crédit : Shutterstock)

Jusqu’à présent, la vague de défaillances d’entreprises n’avait pas eu lieu. Portées par les aides accordées par l’État, PGE en tête, les entreprises ont connu un taux de défaillances bien plus bas, depuis deux ans, que les années précédentes. Néanmoins, il semblerait que la fin de l’année voit apparaître une recrudescence. Selon les données de la Banque de France, le nombre de défaillances poursuit la remontée amorcée à l’automne 2021. Nationalement, le cumul sur les 12 derniers mois (entre novembre 2021 et octobre 2022), s’élève à 38 525 défaillances là où il était de 27 506 en septembre 2021, soit une hausse de 41%.

« Après l’euphorie de l’année 2021, marquée par une forte poussée entrepreneuriale, la levée progressive des dispositifs de soutien couplée à un contexte économique et géopolitique morose confirment l’inversion des courbes observées en 2020 et 2021 avec un double effet en miroir : un ralentissement de la création d’entreprise et un envol des procédures collectives », explique ainsi dans son dernier baromètre du mois de novembre le Conseil National des Greffiers des Tribunaux de Commerce. La restauration et les commerces de proximité apparaissent comme les premières victimes de cette augmentation de défaillances.

Une présence nationale

C’est dans ce contexte que deux associations nationales* ouvrent leur antenne respective à Reims. Toutes deux dédiées aux chefs d’entreprise en difficultés, l’une plutôt en amont et durant la procédure, Second Souffle et l’autre, 60 000 Rebonds, intervenant quand la procédure de liquidation est terminée. Cette dernière est portée à Reims par Grégoire Vitry, ancien entrepreneur ayant connu une procédure de liquidation judiciaire. Lucide sur son parcours et ayant à cœur d’accompagner ceux qui sont dans la difficulté, il applique une méthode déclinée au niveau national. Créée en 2012 à Bordeaux, l’association a été reconnue d’utilité publique en 2016. En 2022, elle fédère 10 associations territoriales et est présente dans 38 villes. La mission principale de 60 000 Rebonds est d’accompagner l’entrepreneur dans le contexte post-liquidation vers un nouveau projet professionnel, avec comme finalité « de changer le regard stigmatisant de la société sur l’échec entrepreneurial ».

« Lorsqu’on liquide une société, on est en quelque sorte entouré de tout un ensemble de professionnels autour de la procédure : comptable, liquidateur, URSSAF, banque, etc. Mais quand tout cela est fini, on est tout seul. On disparaît des radars. Et c’est là qu’il faut être soutenu », estime celui qui a eu « la chance » de pouvoir vendre la société à la tête de laquelle il était et de pouvoir continuer à y travailler, comme salarié. « J’ai trouvé une personne qui a repris les actifs et une partie de l’équipe. La société existe encore aujourd’hui et développe même de nouveaux produits. »

« Retrouver un travail, recréer un projet, intervenir en cas de burn-out font aussi partie de nos missions »

Ainsi, pendant la période de son redressement, son projet initial n’était pas totalement à l’arrêt, mais il a fallu gérer cela aussi avec ses équipes, à l’époque 18 personnes. « Quand la société a été reprise, sur les 18 employés, le repreneur n’en a gardé que quatre. Cela a été très compliqué à gérer. On embarque les gens avec nous dans des promesses et quand tout s’arrête, c’est d’une difficulté intense d’aller chercher les ressorts de la motivation », se remémore Grégoire Vitry. Pendant sa liquidation, c’est un consultant dédié à la vente, de la région Grand Est, qui l’accompagne et lui parle de l’association.

« J’ai beaucoup apprécié la démarche bienveillante mais aussi extrêmement professionnelle de l’association puisqu’elle propose un double accompagnement : individuel avec un coach et collectif avec des réunions mensuelles, des ateliers et des conférences animées par des experts métiers », détaille-t-il. Une fois la période de coaching terminée, deux parcours sont proposés : le parcours ELAN rebond salarial qui organise des rencontres avec des DRH et des cabinets de recrutement et le parcours ENVOL rebond entrepreneurial où le futur projet est « confronté, challengé, pour assurer de sa pertinence et de la capacité de l’entrepreneur à le mener à bien ». L’association a d’ailleurs mis en place un observatoire du rebond où il ressort que 94% des entrepreneurs accompagnés rebondissent : 48% dans un projet salarial sur un temps moyen de 10 à 12 mois et 52% dans un projet entrepreneurial sur un temps moyen de 16 à 18 mois.

Des webinaires pour informer

L’association Second Souffle est, elle aussi, nouvelle à Reims. Sa représentante est Valérie Blanchard. Créée en 2010 et également reconnue d’intérêt général en 2016, l’association agit avec de nombreux partenaires dont l’État, Bpifrance, l’APEC, Pôle Emploi mais aussi les chambres consulaires. Son mode de fonctionnement est un peu différent, puisqu’elle intervient pendant la procédure de liquidation et propose aussi tous les vendredis des webinaires sur des thématiques différentes.


>LIRE AUSSI : Les Dirigeants responsables tissent leur toile dans la Marne


Ainsi, les derniers ont par exemple parlé de leadership au féminin, de médiation ou encore de consommation et d’économie d’énergie au sein de l’entreprise. « Retrouver un travail, recréer un projet, intervenir en cas de burn-out font aussi partie de nos missions », indique Valérie Blanchard. « Nous appliquons la méthode des « quatre A » : Accueillir, analyser, ajuster, agir. », précise celle qui, à la tête d’un cabinet spécialisé dans les ressources humaines durant 18 ans, a aussi connu les embûches liées au parcours de l’entrepreneur. Également responsable emploi formation au sein du Medef, elle possède en outre, une bonne vision des besoins des entreprises. « On apprend sur le tas, on fait des erreurs et on se relève, c’est aussi cela l’ADN d’un entrepreneur. Aujourd’hui, beaucoup de personnes changent de statut, passent du salariat, à l’entrepreneuriat, sont en freelance ou possèdent une multi-activité. Or, on ne peut pas tout savoir faire, il faut être accompagné et soutenu pour développer sereinement une activité, et lorsque celle-ci périclite, pour rebondir aussi, il ne faut pas être seul. »

* 60 000 Rebonds : Contact Grégoire Vitry ; 06 76 92 75 46 ; gvitry@free.fr
Second Souffle : Contact Valérie Blanchard ; valerie.blanchard@secondsouffle.

Nastasia Desanti