Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Ce que Yschools apporte au territoire

Enseignement. En trente années d’existence, l’insertion des diplômés dans les entreprises auboises a permis d’accompagner la transformation économique.

Ce que Yschools apporte au territoire
Un « hall of fame » avec le portraits d’anciens étudiants a pris place su sein du Campus Brossolette. (Crédit : L. Locurcio)

L’exercice est peu courant mais pourtant riche d’enseignements. Pour marquer ses trente ans, le groupe Yschools a convié des diplômés à la carrière professionnelle déjà significative à témoigner de leur parcours. Le point commun de ces diplômés de divers programmes du groupe (école de management, design, tourisme, Pigier, etc.) étant d’exercer professionnellement dans l’Aube aujourd’hui. Une manière de montrer, très concrètement, que la stratégie de développement de l’enseignement supérieur a des retombées positives pour l’économie auboise. D’autant que certains de ces Alumni, après avoir commencé leur carrière ailleurs, reviennent finalement dans l’Aube avec une solide expérience professionnelle qui bénéficie aux entreprises locales.


>LIRE AUSSI : Deux ans après, inauguration officielle du campus Y Schools


Exemple avec Xavier Gierek, aujourd’hui directeur des opérations de Petitjean après une solide expérience au sein de grandes entreprises industrielles. Parmi les premiers diplômés de l’école de commerce et de gestion, Benoît Ferrari est aussi passé par de grandes entreprises extérieures à la région avant de revenir dans l’Aube d’abord chez le chocolatier Jacquot, puis chez Soufflet et aujourd’hui InVivo dont il est directeur de la transformation. Des expériences riches qui sont mises au service d’entreprises auboises désormais. Il y a aussi ceux qui créent, reprennent ou développent des entreprises du département, à l’image de Laurent Allard (Degoisey) et Mathieu Tschupp (TCP) pour ne citer que ces deux exemples. Un choix de cœur, certes, mais aussi de raison. « Mon entreprise n’a pas de clients dans l’Aube, je n’ai pas d’intérêt particulier à m’y installer, si ce n’est qu’il y a ici des ressources en matière de formation qui sont très intéressantes », témoigne Laurent Allard.

Un fort attachement

Il existe aussi un attachement certain au territoire. D’origine marnaise, Clémence Nollot diplômée d’Emvol, programme d’école de tourisme du groupe, a parcouru la planète et même ouvert un hôtel en Colombie avant de revenir dans l’Aube pour assurer la direction commerciale de l’hôtel de la Forêt d’Orient. L’Aubois Thomas Dieudonné, après avoir réussi dans le sud de la France et à Paris, a revendu son entreprise pour s’investir dans l’immobilier et l’hôtellerie dans le département. « En misant sur l’enseignement supérieur nous avons accompagnés la transformation économique d’un département qui, il y a trente ans, devait faire face à la crise de sa filière textile », rappelle le président du Département, Philippe Pichery. Une démarche soutenue également par Troyes Champagne Métropole et qui a permis de placer l’Aube sur la carte des pôles d’enseignement supérieur qui comptent. « C’est un écosystème, la Technopole de l’Aube est aujourd’hui le premier recruteur de diplômés bac + 5 du département », conclut Francis Bécard, directeur du groupe Yschools.

Le réseau des Alumni du groupe Yschools compte déjà 8 000 diplômés issus des différentes écoles. « Parmi eux, 850 sont toujours installés dans l’Aube et 2 500 dans le Grand Est », fait remarquer Véronique Béclié, directrice des relations avec les entreprises d’Yschools. Il ne s’agit d’ailleurs pas forcément de jeunes originaires de la région. Par exemple, on estime même que 30 % des étudiants étrangers s’insèrent d’une manière ou d’une autre dans des entreprises locales.

Laurent Locurcio