Informations régionales économiques et juridiques
130e année

BJ Industries exporte plus de 90 % de ses produits dans 35 pays

Industrie. Originalité de l’entreprise, BJ Industries vend des installations conçues de A à Z et sans moyen de production propre.

BJ Industries exporte plus de 90 % de ses produits dans 35 pays
Après avoir travaillé pour le cimentier Lafarge, l’Allemand Ulrich Aumüller a vite trouvé ses marques dans les Ardennes (Crédit : P. Rémy)

Ulrich Aumüller, est plutôt satisfait de ses dix-neuf premiers mois à la tête de BJ Industries : « Je ne connaissais pas ce métier, mais le cédant, Paul Jonet, m’a accompagné durant six mois pour faciliter le passage de relais. J’ai beaucoup appris à ses côtés et me suis progressivement adapté à cette activité spécifique. Le bureau d’études m’a aussi bien entouré. Malgré le Covid, la première année d’exploitation s’est avérée correcte, dans la ligne du plan d’affaires que je m’étais fixé. »

Equipementier concevant, construisant et installant des usines et des équipements de recyclage de batteries « plomb acide », la PME implantée sur la Zone industrielle de Tournes/Cliron travaille essentiellement à l’international sur des sites classés « Seveso », en exportant 90 à 95 % de ses produits. Majoritairement en Europe de l’Est mais aussi en Russie, Algérie, Tunisie et Arabie Saoudite à des producteurs de batteries, des recycleurs de métaux et des industries diversifiées disposant d’une branche recyclage.

Six salariés et plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires

Réalisant avec six salariés un chiffre d’affaires oscillant au gré des marchés entre 1 et 3 millions d’euros, BJ Industries vend des installations conçues de A à Z et sans moyen de production propre. « Notre coeur de réacteur est le bureau d’études. On passe ensuite par des sous-traitants français dont beaucoup de PME locales pour fabriquer et assembler nos machines. Puis, après un test à blanc, on livre le produit fini à nos clients. Notre directeur de projets assure le suivi sur place en surveillant l’installation chez le client et la mise en service », souligne le dirigeant d’origine allemande, travaillant en France depuis 1988.


>LIRE AUSSI : Passation de pouvoir en douceur chez Legras Industries


Lauréat du dernier trophée des entreprises organisé par Ardenne Métropole, BJ Industries équipe aussi les quatre entreprises françaises du secteur (Métal Blanc à Bourg-Fidèle et deux filiales d’Ecobat) et œuvre sur une niche industrielle où elle s’est taillée une solide réputation. « Aujourd’hui, deux tiers du plomb utilisé sur la planète est issu du recyclage, et un tiers seulement de gisements miniers. Depuis plusieurs années, les déchets dangereux de batteries sont transformés en lingots de plomb destinés le plus souvent à produire de nouvelles batteries », précise-t-il. Pas étonnant donc que BJ Industries ait vendu ses équipements dont une cinquantaine de fours dans 35 pays du globe.

De nombreux sous-traitants locaux

Ancien cadre du groupe Lafarge aujourd’hui mué en chef d’entreprise, Ulrich Aumüller mesure le chemin parcouru dans son nouveau job. « J’ai aussi découvert dans les Ardennes un tissu de PME très actives, flexibles, d’un grand savoir-faire et dotées d’une main d’oeuvre de qualité. C’est aussi une des clés de notre réussite ». Un coup de chapeau adressé entre autres à Acciome 08, Carameaux, Ardennes Vérins, Dembiermont, Béroudiaux, Lecoche, Ardenn Diesel, Dossot, Dussart et SA 3E.

Enthousiaste, le dirigeant se fixe de nouveaux objectifs : intensifier la prospection commerciale en donnant la priorité aux gisements de croissance des pays de l’Union Européenne (Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Bulgarie, Pologne, etc.) où les machines, souvent à grand gabarit, peuvent être livrées en direct par camion sans rupture de transport. La PME ardennaise veut aussi développer la vente d’accessoires (agitateurs, pompes à plomb, écumeuses) et enfin, intégrer de nouvelles technologies dans la fabrication de ses produits en étant toujours à l’affût des innovations pour améliorer son offre.

Pascal Remy