Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Année record pour Pac Damas

Industrie. Le fabricant de blocs-portes métalliques de Romilly-sur-Seine, en pleine progression, investit dans une chaîne de laquage.

Année record pour Pac Damas
L’usine Pac Damas du groupe Deya produit plus de 30 000 blocs-portes par an à Romilly-sur-Seine. (Crédit : L. Locurcio)

Au sein du groupe industriel français Deya, l’entreprise Pac Damas de Romilly-sur-Seine fait preuve d’un dynamisme particulier. « Nous avons battu le record de chiffre d’affaires de Pac Damas avec 13 millions d’euros en 2021 », souligne Didier Mainard, directeur général du groupe Deya. Ce dernier, fort de quatre sites de production autour de son siège niortais, dans la Creuse et dans l’Aube, produit aussi bien des plateaux d’échafaudage que des huisseries métalliques (Edac), des placards (Kazed), des blocs-portes bois, et enfin des blocs-portes métalliques, la spécialité de Pac Damas. Avec environ 70 personnes salariées et en intérim, l’usine romillonne produit 30 000 bloc-portes et 11 000 huisseries par an.


>LIRE AUSSI : Deux nouvelles usines dans le viseur du groupe KMC


Des produits toujours plus techniques et esthétiques qui nécessitent des investissement permanents dans l’outil de production. Dans ce cadre, deux millions d’euros avaient été investis en 2008 dans une nouvelle ligne de production de vantaux et 700 000 euros en 2015 dans l’achat d’une poinçonneuse numérique. Dernier investissement en date, la construction d’une chaîne de laquage des huisseries et des accessoires. Opération jusqu’ici sous-traitée en externe, ce qui allongeait les délais de fabrication, entraînait des surcoûts de transport et des risques qualité. Ce sont cette fois 600 000 euros qui ont été investis avec un coup de pouce financier de la Région Grand Est à hauteur de 30 %. Un investissement salué par Jean Rottner, président de la Région, venu inaugurer la chaîne de laquage avec le maire de Romilly-sur-Seine, Éric Vuillemin.

Recrutements et prix de l’énergie

« Cette unité de laquage, c’est un savoir-faire unique dans le groupe que nous intégrons et une vraie chance pour l’usine de Romilly », poursuit Didier Mainard. Un savoir-faire qui intéresse déjà les autres unités du groupe pour leurs propres fabrications. L’objectif de Pac Damas est aussi d’agrandir sa part de marché en montant en gamme également. D’ailleurs, la dynamique enregistrée l’année dernière s’est poursuivie depuis janvier. Trop même pour l’unité romillonne confrontée à des problèmes de recrutement et de manque d’intérimaires.

« Nous aurions pu faire 15 à 20 % de plus si nous avions eu toutes les personnes dont nous avions besoin », glisse le directeur du groupe. Pourtant les équipements sont largement automatisés pour réduire la pénibilité mais aussi pour s’adapter à des commandes très variées. La mobilisation pour trouver et former du personnel reste toujours d’actualité pour que la dynamique soit entretenue. Autre sujet de préoccupation comme dans toutes les entreprises industrielles, la montée des prix de l’énergie. « Nous redoutons un quintuplement du prix de l’électricité pour l’année prochaine », craint le dirigeant. Pac Damas compte donc plus que jamais sur ce nouvel investissement, mais aussi sur sa capacité à produire des bloc-portes métalliques anti-effraction et anti-feu toujours plus innovants pour continuer sa progression.

Laurent Locurcio