Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Voie verte Sud Ardennes : la moitié du tronçon est déjà ouverte

Environnement. L’investissement estimé à 11 millions d’euros est co-financé par les cinq intercommunalités traversées ainsi que l’Etat dans le cadre du pacte Ardennes, la Région, l’Europe et le Conseil départemental.

La coulée verte met le cap sur le sud des Ardennes. (Crédit : DR).

Bonne nouvelle pour les amateurs de déplacements doux. Les premiers kilomètres de la Voie verte Sud-Ardennes sont accessibles depuis début juillet 2022 aux piétons, cyclistes, cavaliers, adeptes du roller et plus généralement à toute forme de balades non motorisées. Entamé en septembre 2020, ce chantier colossal vient compléter le maillage territorial mis en place par le Conseil départemental depuis 2008 entre Givet et Mouzon (130 kilomètres). Il ouvre la voie à 55 nouveaux kilomètres, soit la moitié des 110 que comptera, à terme, l’itinéraire complet.

LES 110 KILOMÈTRES POUR L’ÉTÉ 2023

Lancés simultanément aux quatre coins du sud des Ardennes, ces travaux respectent le calendrier initialement défini par le maître d’ouvrage, le Conseil départemental, lequel s’est fixé l’objectif de terminer ce projet durant l’été 2023. Sachant qu’en raison des prescriptions environnementales imposées, de tels ouvrages ne peuvent se dérouler qu’entre septembre et mars, la seconde phase de cet itinéraire reprendra donc en septembre.

L’investissement estimé à 11 millions d’euros est cofinancé par les cinq intercommunalités traversées (Ardennes Métropole, les Portes du Luxembourg, les Crêtes Préardennaises, L’Argonne Ardennaise et le Pays Rethélois) ainsi que l’Etat dans le cadre du pacte Ardennes, la Région, l’Europe et surtout le Conseil départemental qui contribue à hauteur de trois millions d’euros.


> LIRE AUSSI : Avec les Assises de l’Eau, la Région se mobilise


« Les collectivités et l’Etat ont mis la main au porte-monnaie. Par ailleurs, la Région Grand Est a accordé 5,5 millions d’euros pour soutenir les acteurs privés et publics voulant développer des projets. Tout cela plus les 30 millions d’euros injectés dans l’élaboration du contrat du Canal des Ardennes va booster le tourisme dans ce secteur géographique », se félicite le président du Conseil départemental, Noël Bourgeois.

La valorisation de maisons éclusières, la création d’une aire de camping-car à Bairon et ses environs, l’émergence de plusieurs gîtes ou l’ouverture du King Parc de Rilly-sur-Aisne sont déjà des signes annonciateurs positifs.

Véritable atout touristique, cette voie verte Sud-Ardennes devrait aussi contribuer au développement de la randonnée pédestre et de la préservation du patrimoine fluvial, sources de retombées économiques pour les commerces locaux.

L’idée, aujourd’hui, est donc de mailler tout le département (240 kilomètres de voie douce) en se connectant aux grands axes nationaux (Aisne, Marne, Meuse et Somme) et internationaux (Belgique) en reliant le nord du territoire au Sud des Ardennes.

Pascal Remy