Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Valor’Aisne expérimente la méthode ConcerTO

Environnement. À l’instar de quatre autres collectivités territoriales, le syndicat Axonais de traitement des déchets s’est engagé dans une démarche novatrice de valorisation des déchets organiques.

Annuellement, Valor’Aisne collecte 38 000 tonnes de déchets organiques auprès de 520 000 habitants. (Crédit : DR).

Afin de satisfaire au contrat d’objectifs déchets économie circulaire 2018-2020 de l’Ademe, le syndicat départemental de traitement des déchets ménagers de l’Aisne a lancé, à l’automne 2020, une large concertation auprès des collectivités locales, des entreprises et des associations de la filière, afin d’analyser la stratégie de tri de ses adhérents. Baptisée ConcerTO, cette démarche appuyée par Écogeos et Tehop vise à optimiser la valorisation des biodéchets, à la source.

Annuellement, Valor’Aisne collecte 38 000 tonnes de déchets organiques auprès de 520 000 habitants (soit 96 % de la population du département), mais 34 000 tonnes échoueraient encore dans les ordures ménagères auxquelles s’ajouteraient 13 500 tonnes issues du gaspillage alimentaire. Des volumes beaucoup trop importants que les élus souhaitent résorber.


> LIRE AUSSI : Les restrictions d’eau impliquent de nouvelles pratiques


« Détourner les biodéchets de notre poubelle des ordures ménagères représente un des défis que nous aurons à relever ces prochaines années et pour lequel nous avons une belle marge de progression », a indiqué le président du syndicat axonais, Éric Delhaye, lors du bilan des quatre premières étapes du programme, le 26 juin dernier. Celui qui est également maire de Laon et président du syndicat intercommunal pour le ramassage et le traitement des ordures ménagères (Sirtom) du Laonnois a souligné l’importance des enjeux dans le contexte actuel. Et ils sont nombreux : l’obligation de tri à la source pour tous les producteurs au 31 décembre 2023, l’augmentation du coût de traitement liée notamment à la forte hausse de la TGAP (Taxe générale sur les activités polluantes) sur le stockage et la valorisation énergétique ou encore la valeur ajoutée représentée par ces déchets non valorisés pour la production de compost, de biogaz et de digestat.

DES SOLUTIONS À ORCHESTRER

« À l’intérieur de chaque groupe de travail, de premiers projets ont pu être esquissés. Pour pouvoir aller plus loin dans nos réflexions, une étude préalable à l’instauration du tri à la source des biodéchets vient d’être lancée pour venir affiner les gisements disponibles à l’échelle de chaque territoire et dessiner les futures solutions de gestion des biodéchets. Ces orientations permettront de poursuivre les actions et d’initier les premiers partenariats entre les acteurs. » Associés à cette concertation, les exploitants agricoles pourraient, par exemple, accélérer leurs investissements dans la méthanisation grâce à l’apport de nouvelles ressources optimisées. Les deux dernières étapes de ConcerTO - « l’émergence de projets » et « la recherche de gouvernance » - devraient mettre en musique les différentes initiatives.

Stéphane Bourdier