Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Patrimoine : améliorer le cadre de vie en effaçant les « verrues »

Urbanisme. Le député Jean-Luc Warsmann a fait le point de l’action reconquête du patrimoine bâti, lancée il y a près d’un an dans les Ardennes et destinée à faire disparaître ce qui dégrade l’environnement.

Patrimoine : améliorer le cadre de vie en effaçant les « verrues »
Jean-Luc Warsmann en compagnie de deux des neuf VTA travaillant pour cette opération originale (Crédit : P. Rémy)

« C’est quelque chose d’historique. Aucun autre département en France n’a réalisé un tel travail de recensement des particuliers et propriétaires pour une opération de ce type », constate Jean-Luc Warsmann, député de la 3e circonscription des Ardennes, avant d’établir le bilan intermédiaire de l’action de reconquête et de valorisation du patrimoine bâti. Cette mission aussi baptisée « Cadre de vie et attractivité » correspondant à la fiche numéro 14 du Pacte Ardennes, vise à « la résorption par rénovation, déconstruction ou changement d’usage de bâtiments en ruine ou délabrés et de locaux économiques inoccupés depuis au moins trois ans et altérant l’environnement visuel des communes rurales ».

Elle a été portée par neuf personnes issues du volontariat territorial en administration (VTA) qui, à ce jour, avec un œil neutre ont identifié pas moins de 586 points en état de ruine dans le seul périmètre du sud des Ardennes, des Portes du Luxembourg et de l’Argonne. Les Crêtes Préardennaises seront bientôt concernées par ce recensement, avant Ardenne Métropole programmé en 2023, puis le reste département. Pour cela, une nouvelle équipe de quatre personnes va être prochainement embauchée par la Région Grand Est.

Participer à l’embellissement des Ardennes

L’objectif de ce diagnostic, qui doit être mené à bien d’ici 2027, est « d’aider les propriétaires à effacer du paysage ardennais ce qui mérite de l’être », précise Jean-Luc Warsmann, qui vient d’écrire à 300 maires et propriétaires privés afin de les inciter à utiliser ce levier. Sur les 36 102 points noirs jusqu’alors repérés dont 586 en état de ruine, 1 001 sont potentiellement vacants. 384 sont, par ailleurs, potentiellement éligibles à la Fondation du Patrimoine et 15 dossiers pourraient bénéficier d’un soutien de 150 000 euros.


>LIRE AUSSI : Immobilier dans la Marne : le marché suspendu à la conjoncture


Dix propriétaires ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt pour le dispositif en se montrant prêts à déclencher des travaux. Sur les 126 dossiers reçus depuis 2021 et faisant partie du patrimoine bâti public, 76 ont été présentés en commission permanente pour un montant total de 850 200 euros subventionnés. Concernant la reconquête du bâti privé, seulement six dossiers ont été examinés pour un montant de 60 480 euros.

Enclencher une dynamique

Afin d’assurer l’embellissement des communes ardennaises en leur offrant, à elles et aux particuliers, l’opportunité d’agir contre les bâtiments dégradés, l’action s’appuie sur un dispositif qui bénéficiera d’une enveloppe financière de la Région d’un million d’euros par an jusqu’en 2027. Ce catalogue d’aides comprend une subvention maximale de 15 000 euros pour démolir une ruine, une aide plafonnée à 20 000 euros pour la rénovation de façades et murets traditionnels pour des bâtiments appartenant à des collectivités. Un soutien financier (15 000 euros maximum) pour un changement d’usage de locaux économiques inoccupés) ou une somme de 4 000 euros pour la rénovation de façades et toitures traditionnelles de particuliers. Sont inclus dans la dépense subventionnable : les travaux de désamiantage, l’évacuation des gravats, la remise en état du terrain et, le cas échéant, la sécurisation des mitoyennetés dans le respect du règlement.

« Un financement à une hauteur hors de l’ordinaire ! » selon le député des Ardennes qui loue cette opportunité inédite en espérant enclencher une dynamique pour garantir une qualité du cadre de vie en même temps que du travail aux entreprises qui seront chargées de ces chantiers. Concernant les immeubles habitables bénéficiant du label de la Fondation du Patrimoine, 20% des dépenses éligibles peuvent être financées avec, à la clé, une déduction à 100% du montant des travaux des revenus imposables. À partir de septembre, un recensement des maisons vacantes va aussi être effectué. « L’ensemble du projet aidera à la redynamisation des Ardennes », juge l’élu.

Pascal Remy