Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Paris-Troyes : ce sera finalement en août 2028

Transports. Alors que les premiers trains électriques circuleront bientôt à Nogent-sur-Seine, il faudra patienter six ans pour qu’ils arrivent jusqu’à Troyes.

Paris-Troyes : ce sera finalement en août 2028
1,7 million de voyageurs transitent chaque année sur les 15 allers-retours des trains reliant Paris à Troyes. Dix gares voyageurs sont desservies sur cette section : 3 dans l’Aube, 7 en Seine-et-Marne (Crédit : L. Locurcio)

Régulièrement annoncée mais aussi systématiquement reportée, l’électrification de la ligne 4 entre Paris-Troyes entre tout de même dans sa phase finale. C’est l’une des annonces à retenir du dernier comité de pilotage qui vient de se tenir à Troyes. Ceux qui voudront aller jusqu’à Troyes grâce au train électrique devront tout de même s’armer triplement de patience. D’une part parce qu’il faudra six années de travaux pour poser les caténaires sur les 56 km de voies séparant Nogent de Troyes, et modifier en conséquence les ouvrages d’art. D’autre part parce que, pour réaliser ces travaux, le scénario d’un arrêt total des trains sur cette portion pendant les mois de juillet et août 2025, 2026 et 2027 a été retenu.


>LIRE AUSSI : Le vélo, maillon fort de la chaîne des mobilités


Un choix consécutif au vote exprimé par 2 204 usagers abonnés ou occasionnels. Pendant ces deux mois d’arrêt total, un service de bus se substituera, rallongeant d’environ une heure la durée de trajet vers Paris. Enfin, d’ici août 2028, la question se posera encore sur la fiabilité actuelle de la desserte vers Paris qui fait régulièrement l’objet de critiques. « La Région restera attentive sur la qualité de service et la régularité », annonce Marc Sebeyran, vice-président de la région Grand Est. François Baroin aussi restera vigilant sur ces points tout en se félicitant du fait que les travaux entrent, enfin, dans leur phase finale sur ce dossier qu’il suit depuis trente ans.

Redonner de la crédibilité

À force de ne plus rien voir venir, les Aubois avaient quelque peu perdu la foi. Élus et responsables en sont d’ailleurs bien conscients. « Il fallait redonner confiance dans ce projet global dont je suis la préfète coordinatrice, et il en va de la crédibilité de l’État », note Josiane Chevalier, préfète de la région Grand Est. Il faut donc donner du concret à voir, sans attendre.

Dans le même souci, « pour rendre concret le projet pour le territoire et sécuriser le planning des travaux », dès 2023, SNCF-Réseau va réaliser par anticipation les aménagements d’une future base logistique avec une quinzaine de personnes à Romilly-sur-Seine. En attendant, ce sont les habitants du Nogentais qui vont être ravis. À compter du 29 août prochain, les premiers trains électriques vont pouvoir circuler jusqu’à la gare de Nogent-sur-Seine.

Laurent Locurcio