Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Le vélo, maillon fort de la chaîne des mobilités

Environnement. Deux gros dossiers ont occupé l’avant-scène des débats de la dernière session plénière du Conseil régional : le plan vélo et l‘accélération de la rénovation énergique des lycées. Deux financements pluriannuels qui vont mobiliser près de 600 M€, d’ici à la fin de l’actuelle mandature du Grand Est.

Le vélo, maillon fort de la chaîne des mobilités
Une trentaine d’actions est ciblée dans le Plan Vélo Grand Est, notamment l’accompagnement des autorités locales organisatrices de mobilité (Crédit : E. Vidal - Coll. ADT Marne)

Parmi les dossiers examinés lors de la dernière session plénière du Conseil régional, le Plan Vélo, adopté à la quasi-unanimité, et celui des lycées durables, à l’unanimité, engagent le Grand Est dans une politique résolument verte et durable, avec des financements pluriannuels conséquents. Le Grand Est, qui se donne six ans pour devenir d’ici à 2028 la première région cyclable de France, engage dans son Plan Vélo 125 M€, dont 58 pour le développement d’infrastructures cyclables, 31 M€ pour accompagner les actions des collectivités et 15 M€ en faveur du développement de l’intermodalité, principalement la liaison vélo-train.

L’objectif de la Région est de pratiquement tripler la part modale du vélo dans les transports et de parvenir à 12%, contre 4,7% pour la part constatée dans le Grand Est en 2019, un pourcentage déjà supérieur à la moyenne nationale (3%). La route est encore longue pour la France en ce domaine face aux habitudes cyclistes d’autres pays européens : 27% pour les Pays-Bas, 15% pour le Danemark, 12% pour la Belgique ou encore 11% pour l’Allemagne.

Le vélo sous toutes ses formes, un tout pour tous

Dans une stratégie tous azimuts, la Région souhaite intégrer dans ce plan toutes les compétences en lien avec le cycle : mobilité, jeunesse, formation professionnelle, développement économique, promotion du tourisme, aménagement du territoire, sport, santé, lycées… Le plan vise ainsi une structuration de la filière cycle, la promotion de l’usage du train, grâce à la combinaison train+vélo et le développement du sport-santé.


>LIRE AUSSI : Situation économique actuelle : l’état des lieux de Recom


Une trentaine d’actions est ciblée dans le Plan Vélo Grand Est, notamment l’accompagnement des autorités locales organisatrices de mobilité, l’équipement des gares ferroviaires (stationnement des vélos et augmentation des capacités d’emport des vélos dans les trains), la construction d’un véritable maillage cyclable régional, le développement de la production locale de vélos, la structuration d’itinéraires touristiques, l’équipement de stationnements vélo dans les lycées ou encore l’accompagnement des associations sportives dans l’organisation d’animations et de manifestations en faveur de la sensibilisation à la pratique du vélo.

L’urgence écologique et énergétique des lycées

Le développement durable est une urgence au sein des lycées publics à la charge de la Région qui vient d’y investir 93 M€ et qui chiffre à 21 M€ le surcoût du budget lié à l’augmentation des prix de l’électricité et du gaz. Pour faire face à cette urgence, le Grand Est mobilise 450 M€ dans un plan pluriannuel d’investissement afin d’accélérer la transition écologique et énergétique de ses lycées.

En opérant une rénovation énergétique des bâtiments, la Région vise une réduction d’au moins 40% de la consommation d’énergie et une augmentation de 50% de la production d’énergie renouvelable, d’ici à 2030. Près d’une cinquantaine d’établissements sont actuellement en phase de modernisation de leurs installations de chauffage. Cet élargissement du plan vert des lycées mobilise 250 M€.

La Région évalue à 135 M€ l’équipement des toitures des bâtiments en panneaux solaires, dispositif devant permettre l’effacement de la consommation annuelle d’électricité du parc, à 43 M€ un plan d’éclairage à base de Led, à 12 M€ la poursuite du raccordement des lycées aux réseaux de chaleur collectifs et à 10 M€ le déploiement de régulateurs de tension. Dans cette même idée d’économie, la Région anticipe ses achats de gaz (95 M€ pour la période 2024-2027) et amplifie sa politique de sensibilisation au développement durable, ne serait-ce que par la généralisation des bonnes pratiques dans chaque établissement. Parmi les autres rapports abordés par cette session plénière d’été du Conseil régional : le nouveau SRDEII, Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation (2022-2028), l’opération « Un véhicule pour l’emploi », la future agence de la transition écologique, le plan santé pour tous et le contrat de filière biointrants (2022-2027).

Gérard Delenclos