Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Les Maires marnais engagés dans l’après-crise

Energie. Le 70e Congrès de l’Association des Maires de la Marne fut plus sérieux qu’un anniversaire. Entre questionnement sur les énergies, sauvegarde de la biodiversité et appel à un travail commun plus affirmé entre l’Etat et les communes, le Président Franck Leroy a demandé aux Maires optimisme, détermination et engagement.

Les Maires marnais engagés dans l'après-crise
« Nous en avons pris conscience, depuis février dernier, l’énergie est désormais une arme », souligne Franck Leroy qui insiste sur la responsabilité des communes « d’accélérer la transition énergétique ». (Crédit : G. Delenclos)

L’après crise sanitaire, et conséquemment économique, fait place à une période « d’une rare complexité ». D’entrée de jeu, le rapport moral du Président ne laisse aucun doute. Le structurel peut facilement succéder au conjoncturel. Attention danger expose Franck Leroy : « À la crise que nous avons traversée a succédé une désorganisation complète de la chaîne logistique mondiale… Depuis février dernier, c’est une guerre aux frontières de l’Union Européenne à laquelle nous assistons… Aujourd’hui une pénurie d’énergie et un retour à l’inflation… Enfin, nous vivons une crise de main-d’œuvre qui n’épargne aucun secteur de l’économie ».

Alors, comme tout le monde, voire plus que tout le monde, les maires sont en droit de s’interroger sur l’avenir, mais aussi de comprendre les inquiétudes de leurs administrés, la crise du climat, la raréfaction des ressources naturelles, la disparition de la biodiversité, et à leur niveau d’y répondre. On aurait pu, lors de ce 70e Congrès, se contenter d’un « Joyeux anniversaire ». L’organisation a choisi d’y associer fortement deux thèmes de réflexion : « Energie, va-t-on en manquer ? » et « Eau et biodiversité : comment agir localement ? »

Gérer le quotidien et le futur

Les maires sont en première ligne, et reprenant cette boutade du Président du Sénat « à portée d’engueulade », Franck Leroy assume et souhaite, comme tous les maires, ne pas être le seul à le faire. Un Ministre dans la salle, en l’occurrence Jean-Christophe Combe, à la tête des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, mérite bien cette adresse du maire d’Epernay : « Monsieur le Ministre, l’objectif est de rappeler le rôle essentiel des élus locaux dans notre pays, aux côtés de l’Etat évidemment, et il serait injuste de ma part de na pas profiter de l’instant pour remercier les services de l’Etat dans le département qui ont fait tout leur possible pendant cette période difficile ». Les maires ont tout fait pour mieux traverser la crise Covid, ils l’ont fait avec l’Etat et ils entendent bien que l’Etat soit encore présent dans les temps difficiles, présents et à venir. Au cœur de la crise énergétique et climatique, message clair du Président des Maires de la Marne.

Les maires entre sobriété énergétique et transition vertueuse

Les prévisions météorologiques affichaient 29°C à Charm-el-Cheik, pour l’ouverture de la COP 27, alors que sous les voûtes du Capitole de Châlons-en-Champagne, près de 500 congressistes appréciaient les 19° d’un espace non chauffé, vraisemblablement à inertie thermique. À plus de 5 000 kilomètres de distance, de la Marne au bord de la Mer Rouge, le message résonne, ou raisonne : « La responsabilité qui nous incombe aujourd’hui, mes chers collègues, c’est d’accélérer la transition vers un monde vertueux. Un monde plus sobre, poursuit Franck Leroy. Un monde qui tourne le dos aux énergies fossiles, un monde qui se réconcilie avec la nature et avec les ressources naturelles… »


>LIRE AUSSI : Les Dirigeants responsables tissent leur toile dans la Marne


Les mots ont un sens, Franck Leroy s’en sert : « Nous en avons pris conscience, depuis février dernier, l’énergie est désormais une arme ». L’efficacité énergétique et les énergies renouvelables sont désormais incontournables, nos rapports avec la nature le sont tout autant : « La crise de la biodiversité fait assurément moins de bruit que la crise de l’énergie, mais elle est aussi impactante à l’échelle de la planète ».

La nécessité d’une solidarité partagée

Le Président renouvelle le message des collectivités à l’Etat : « Pour être efficaces face aux défis qui nous attendent, l’Etat et les collectivités doivent pouvoir travailler main dans la main. L’intérêt général c’est ce qui nous rassemble. C’est la raison pour laquelle l’Etat doit pouvoir compter sur des collectivités qui conservent, à ses côtés, une capacité d’action ». Comprendre que dans cette capacité d’action se trouve des mesures gouvernementales comme, par exemple le « filet de sécurité » dans une nouvelle mouture annoncée par le Gouvernement. Soit un dispositif d’accompagnement d’une partie des dépenses d’électricité des collectivités.

Dans le même ordre de préoccupation, Franck Leroy salue l’annonce d’une évolution positive de la Dotation Globale de Fonctionnement (5,2 M€ sur un budget de 60,6 M€ pour Epernay en 2022). Le final du rapport moral oscille entre le constat subi : « Je ne suis pas certain que nous ayons, depuis 70 ans, été confrontés à autant de contraintes, de tensions et d’exigences » et l’avenir voulu : « Dans ce contexte, notre devoir est, je le crois, de rester optimistes, de rester déterminés, de rester engagés ».

« Vous pouvez compter sur moi »

Invité d’honneur, le Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, a dit sa gratitude envers la mobilisation des élus locaux : « La République et la solidarité au quotidien, c’est vous. Et nous faisons confiance aux élus de terrain qui sont les acteurs d’une vraie politique de proximité ». Des propos qui illustrent la légitimité de Jean-Christophe Combe : « Je suis le Ministre des élus locaux, de la petite enfance au bien vieillir ». Le Gouvernement fait son travail : les 430 M€ sur la crise énergétique, les 2 Md€ du Fonds Vert et les 320 M€ de l’augmentation de la Dotation Globale de Fonctionnement. Le Ministre, qui ne manque pas d’humour, relève les votes à l’unanimité au sein de l’Association des Maires de la Marne, loin des 49-3 de l’Assemblée Nationale.

Quasiment chez lui, le Ménéhildien et ancien Directeur de Cabinet de Bruno Bourg-Broc, après son hommage à Léon Bourgeois, Député de la Marne de 1889 à 1905 et Sénateur de 1905 à 1925, inspirateur et théoricien du solidarisme, conclut son message : « Je sais la fibre marnaise de la solidarité. Vous pouvez compter sur moi ».

Gérard Delenclos