Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Le CESER Grand Est fête le 30ème anniversaire du Prix Régional des Solidarités Rurales

Développement. Le Prix Régional des Solidarités Rurales fête ses 30 ans, avec ce message : avoir mis en lumière et aidé des initiatives de terrain pour le développement de la ruralité, économique, sociale et environnementale et avoir contribué au bien vivre des habitants.

Le CESER Grand Est fête le 30ème anniversaire du Prix Régional des Solidarités Rurales
Ne pas opposer ruralité et urbanité, le credo des intervenants au 30e anniversaire du PRSR (Crédit : G. Delenclos)

Du concret et de la sobriété dans les propos et une assistance remarquable, le CESER, Conseil Economique, Social et Environnemental Régional, a parfaitement réussi le 30e anniversaire de son Prix Régional des Solidarités Rurales (PRSR), un rendez-vous qui va bien au cadre de la Foire de Châlons-en-Champagne, deuxième Foire agricole de France et donc excellent reflet de la ruralité du Grand Est et d’ailleurs. Pour rappel, le PRSR est un concours annuel qui récompense les initiatives économiques, sociétales ou environnementales en milieu rural et concerne les associations, les groupements ou les collectivités. Ces initiatives doivent dynamiser les territoires (plus de 4 300 communes concernées) et améliorer la vie des habitants.

Doté de 67 000 euros, le PRSR a désigné cinq lauréats en 2021 : Le Fournil des Moissons, à Matougues (51), l’Association ACCES, à Fay-Billot (52), La Maison de la Nature, à Boult-aux-Bois (08), Tota Compania, à Royaumeix (54) et la Comité Agricole du Pays Toulois, à Villey Saint Etienne (54). La dotation, reporté à l’identique cette année, réunit La Région Grand Est, la Caisse des Dépôts, la Caisse d’Epargne, EDF, AG2R La Mondiale, La Poste et la Foire de Châlons-en-Champagne. Les lauréats 2022 seront connus courant novembre prochain.

Les mutations rurales et les conditions du succès

Sous le label Agora ruralités, deux tables rondes ont mis en avant les conditions et les dynamiques qui concourent à la construction de nouveaux modèles de développement des territoires ruraux. Au rang des intervenants : le géographe Denis Mathis, Axel Othelet, Directeur d’Alterre Bourgogne-Franche-Comté, le Député de Meurthe-et-Moselle Dominique Potier, Patricia Andriot pour l’Economie Sociale et Solidaire, Patrick Tassin, ancien Président du CESER Grand Est, Béatrice Moreau, Vice-présidente de la Commission Agriculture, viticulture et forêt du Grand Est, Christian Guirlinger, Maire de Friauville, Pierre-Marie Georges pour l’Association des Maires ruraux et Fréderic Leybold pour l’Association Françaises des Premiers Répondants.


>LIRE AUSSI : Le tableau de bord 2021 du CESER note des signaux positifs dans un contexte incertain


Au hasard des différentes interventions, on a pu noter l’appel de Sophie Delong, Conseillère régionale Grand Est : « On pourrait imaginer plus de collaboration entre le CESER et le Conseil régional », ou la distinction faite par Denis Mathis entre « Ruralité et ruralités », et également le dilemme entre fragilité des réseaux de transports collectifs et usage obligé et croissant de l’automobile. Sur le bilan du PRSR, Patrick Tassin exprime son vécu, en Champagne-Ardenne comme dans le Grand Est : « Nous avons observé et mis en lumière des initiatives parfois étonnantes du monde associatif en faveur de l’économie, de l’artisanat ou de la culture ».

« On vit bien dans la ruralité »

Pour Béatrice Moreau : « On ne décide pas à la place du local, on aide et la Région est là pour cela, au travers de mises en relation de réseaux et d’accès aux aides ». Pour Pierre-Marie Georges : « La ruralité n’est pas une mode et son attractivité appelle toujours des co-constructions et pas forcément avec des élus. Il faut surtout partager les diagnostics ». Même constat ou presque pour Christian Guirlinger : « On vit bien dans la ruralité. Chaque initiative réussie est passée par le partage d’un projet et la volonté d’une équipe. Il faut travailler avec des commissions consultatives et pas forcément avec seulement des élus ».

Des propos certainement savourés par la Présidente du CESER Grand Est, Marie-Claude Briet-Clemont, qui ne manque pas d’évoquer le Conseil National de la Refondation « Nous avons produit un rapport de 100 propositions durables, source d’inspiration pour le développement durable et le vivre ensemble ». Comprenez : la refondation c’est nous ! Reste à savoir si l’Elysée a été destinataire des futuribles du CESER Grand Est. Et pour l’assistance remarquable et remarquée : Jean-Paul Bachy, dernier Président du Conseil régional de Champagne-Ardenne, en joyeuse conversation avec Charles de Courson, un député décidément anti hors-sol et donc tout terrain.

Gérard Delenclos