Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Le tableau de bord 2021 du CESER note des signaux positifs dans un contexte incertain

Économie. Le tableau de bord du Ceser reflète une plutôt bonne année 2021, sur quasiment tous les secteurs de l’économie régionale. Cependant, ses auteurs enregistrent un certain reflux en ce début 2022 causé par le variant Omicron et la guerre en Ukraine.

La reprise de la construction résidentielle se confirme au second semestre 2021. Après trois années de repli, les mises en chantier ont progressé dès le début 2021. Ustudent

Sur l’activité des entreprises du Grand Est, le Ceser note des carnets de commandes, pourtant contraints par des difficultés de production, au plus haut depuis quinze ans et des stocks, subissant la hausse des prix des matières premières, insuffisants. L’utilisation des capacités de production (77% au premier trimestre 2022), est inférieure à la moyenne longue d’avant le premier confinement (80%). Cette moyenne pourrait bien redescendre avec la guerre en Ukraine.

Au troisième trimestre 2021, le taux de chômage régional est de 7,9%, il est équivalent à celui du niveau national et a progressé de 0,2%. Le nombre de demandeurs d’emploi est passé sous la barre des 440 000, il n’a jamais été aussi bas depuis huit ans. Le nombre de jeunes demandeurs est en fort repli (-12,1%). Le palier des 200 000 travailleurs frontaliers a été franchi en 2021. En quinze ans, la présence des travailleurs français au Luxembourg (112 000 à fin 2021) a doublé.

Toujours plus de nouvelles d’entreprises

De 50 000 en 2020 à 60 000 en 2021, les créations d’entreprises dans le Grand Est ne cessent de battre des records. La dernière progression annuelle est de 25,2%, largement supérieure au niveau national (+17,4%). Le rythme des créations a cependant faibli au second semestre 2021 dans certains secteurs : commerce, transport et hébergement-restauration. La progression est assez homogène dans les départements de la région : +17,3% dans les Ardennes, + 34,5% dans la Marne, +26% dans l’Aube et +29% dans la Haute-Marne.

Les défaillances des entreprises ont plus baissé dans le Grand Est (-16,5%) qu’en France métropolitaines (-11,9%). Les départements de l’Aube et de la Meuse connaissent cependant des hausses. Les baisses les plus remarquables sont constatées dans le Bas-Rhin (-26,5%) et la Marne (-20%). Elles tournent autour de 18% pour les Ardennes et la Haute-Marne. Le Ceser fait remarquer que cette tendance pourrait s’infléchir avec les prochaines échéances de remboursement des Prêts Garantis par l’Etat.

22 000 créations d’emploi sur un an

Entre les troisièmes trimestres 2020 et 2021, 21 900 emplois ont été créés dans la région. Au quatrième trimestre 2021, Pôle Emploi constate plus de 67 000 offres d’emploi dans le Grand Est. Le taux de progression régional (+1,9%) est légèrement inférieur à celui de la France métropolitaine (+2,4%). Les hausses les plus marquées sont enregistrées en périphérie des grands agglomérations (Vitry-le-François, Saint-Dizier, Sarrebourg et Sélestat). Par grands secteurs d’activité, on note des pertes d’emplois dans l’industrie (-1,1%) et le commerce (-0,7%) et des gains dans la construction (+2,4%) et les services (+3,2%). L’emploi salarié progresse globalement de 1,6% au troisième trimestre 2021.

Moins de demandes d’emploi et moins de RSA

Le travail intérimaire a mieux progressé dans le Grand Est (+18,7%) qu’en France métropolitaine (+15,4%). Le nombre de demandeurs d’emploi (439 000 dans les catégories A, B et C) est au plus bas depuis huit ans et a diminué de 5,2% en 2021. Les meilleurs scores concernent la Haute-Marne (-6,7%), le Haut-Rhin (-6,6%) et les Vosges (-6,2%). Le recul est de 2,3% dans les Ardennes, 4% dans l’Aube et 5% dans la Marne.

Le Grand Est enregistre 143 771 allocataires du RSA au deuxième trimestre 2021, soit 9 000 de moins en un an, un recul de 4,8% supérieur à la moyenne nationale (-4,1%). Pour le territoire champardennais, les baisses sont de 4,9% dans les Ardennes, 5,4% dans l’Aube, 5,1% en Haute-Marne et 4,1% dans la Marne.

Forte progression de la construction

La reprise de la construction résidentielle se confirme au second semestre 2021. Après trois années de repli, les mises en chantier ont progressé dès le début 2021. En un an, 26 700 logements ont été commencé dans le Grand Est. Les mises en chantier progressent dans tous les départements (+27% en moyenne régionale contre +7% en France métropolitaine). Les fortes progressions viennent entre 2020 et 2021 concernent la Meurthe-et-Moselle et la Meuse (+73%). Sur le territoire champardennais, on note +47% dans l’Aube, +42% dans la Marne et +16% dans les Ardennes. La construction non-résidentielle a connu son plus bas niveau des dix dernières années en 2020 et progresse de 34% en 2021, sept fois plus qu’au niveau national. Le non-résidentiel recule cependant dans la Marne (-3%) et la Meurthe-et-Moselle (-36%).

Le tourisme ne retrouve pas son niveau d’avant-crise

Si la fréquentation estivale de 2021 progresse de 19% sur un an, elle reste inférieure de 20% à celle de 2019, principalement en raison de la baisse des étrangers (-38%). De mai à décembre, entre 2019 et 2021, les baisses varient fortement d’un département à l’autre : -7,4% en Haute-Marne, -33,2% dans le Bas-Rhin, -26,5% dans les Ardennes, 20% dans l’Aube et -21,3% dans la Marne.

Gérard Delenclos