Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Départements : Noël Bourgeois monte au créneau

Budget. Suite aux différentes annonces récemment formulées par l’Etat lesquelles risquent d’avoir un impact négatif sur les budget territoriaux, le président du conseil départemental des Ardennes craint une faillite budgétaire du Département.

Départements : Noël Bourgeois monte au créneau
Noël Bourgeois fait appel à la solidarité nationale. (Carl Hocquart / CD08)

Après la succession de mesures gouvernementales liées à la revalorisation de nombreux dispositifs sociaux, le président du conseil départemental des Ardennes vient de monter au créneau en alertant dans un courrier François Sauvadet, président des Départements de France « sur le risque budgétaire très grave auquel un territoire déjà en difficulté comme celui des Ardennes se trouve ainsi exposé ».


LIRE AUSSI : La réindustrialisation, une chance pour les territoires


Déjà contraint cette année à procéder à des abondements de crédits (+ 1,9 millions d’euros) ainsi qu’à la réduction d’un tiers de certaines opérations routières en raison de l’évolution générale du prix de l’énergie et des matières premières, Noël Bourgeois craint donc l’impact considérable des mesures annoncées cet été ainsi que l’absence prévisible de compensations financières suffisantes par l’Etat. « Ce qui rendrait l’équilibre des budgets de l’exercice 2023 clairement impossible à atteindre, sauf à renoncer à l’essentiel des politiques d’initiative purement locale », estime le patron de l’exécutif départemental.

Le risque de ne plus exister demain

Face à cette situation « alarmante pour un certain nombre d’habitants, surtout ceux qui n’ont réussi à garder jusqu’à présent la tête hors de l’eau qu’au prix de la plus grande rigueur budgétaire », Noël Bourgeois souhaite que François Sauvadet exprime une position très ferme vis-à-vis du gouvernement « pour défendre nos intérêts sans quoi nous risquons fort de ne plus exister demain ». Noël Bourgeois a d’ores et déjà fait ses calculs. Il chiffre l’incidence de ces mesures en année pleine, en 2023, à près de 14 millions d’euros. « Nos départements « modestes », privés de fiscalité, tributaires des dotations de l’Etat, inégalement bénéficiaires du produit des DMTO voient donc à nouveau poindre la perspective de l’asphyxie budgétaire et la menace d’une tutelle ».

Et Noël Bourgois de conclure ainsi son message. « Nous n’en pouvons plus, c’est tout simplement notre survie qui est en jeu ». Face à cette faillite budgétaire programmée, il en appelle donc à une solidarité nationale effective et à une péréquation horizontale imposée, « seule solution » selon lui « pour permettre des investissements locaux suffisants à la hauteur des besoins de ces territoires ».

Pascal Remy