Informations régionales économiques et juridiques
130e année

300 projets sur 5 ans pour Troyes Champagne Métropole

Infrastructures. Le Pacte territorial de relance et de transition écologique signé avec Troyes Champagne Métropole est placé sous le signe de l’ambition.

300 projets sur 5 ans pour Troyes Champagne Métropole
Les partenaires ont signé le PTRTE de TCM, le dernier restant à valider dans l’Aube (Crédit : L. Locurcio)

Difficile pour le moment d’estimer le montant global des investissements prévus dans le PTRTE de Troyes Champagne Métropole. Ce qui est certain déjà, c’est qu’il sera très conséquent grâce à l’importance des moyens financiers mobilisés par les signataires de ce Pacte territorial de relance et de transition écologique : TCM, l’État, le conseil régional Grand Est et le département de l’Aube. À en juger par l’imposant « vivier de projets », document énumérant quelque 300 projets en cours de réalisation ou programmés sur la période 2022-2026 dans le territoire de TCM, de nombreux chantiers vont s’ouvrir.

« Nous avions travaillé sur notre projet de territoire, ce qui nous a permis de dégager les axes stratégiques et les pistes d’actions », rappelle François Baroin. Un travail de réflexion en amont qui a trouvé tout naturellement son prolongement dans le cadre du PTRTE. « Il porte notre ambition de relance économique, de développement du territoire et de transition écologique », poursuit le président de TCM. « Ce pacte fixe une vision partagée des enjeux sur cinq ans et les moyens à mobiliser », note pour sa part la préfète de l’Aube, Cécile Dindar.


>LIRE AUSSI : Soissons mise sur l’innovation pour doper son attractivité touristique


« Ce qu’il faut retenir, c’est aussi une méthodologie qui permet de faire de l’ingénierie financière en mobilisant les aides et les circuits les plus efficaces en fonction de chaque projet dans un esprit de contractualisation de proximité », souligne Jean Rottner, le président de la Région. « En ce qui concerne le Département, ce seront au moins 100 millions d’euros qui seront investis », annonce déjà son président, Philippe Pichery. En fait, ce sera à la conférence mensuelle des co-financeurs de trouver les meilleurs dispositifs de financement pour chaque projet. Les collectivités locales et l’État à travers notamment le plan de relance, mais aussi d’autres intervenants comme l’Ademe, l’Agence de l’Eau ou d’autres pourront intervenir en fonction des spécificités.

Diversité de projets

Si la liste des projets est aussi longue, c’est aussi parce que l’intercommunalité troyenne est très élargie puisqu’elle regroupe 81 communes pour une population de 172 329 habitants, soit plus de la moitié des habitants de l’Aube. Avec aussi une grande disparité, avec une densité urbaine forte dans l’agglomération troyenne et des zones rurales plus éloignées avec des villages comptant quelques dizaines d’habitants seulement.

Les projets retenus reflètent cette diversité en tenant compte également des besoins en zone rurale, comme par exemple la création d’une salle des fêtes et d’un gymnase à Estissac, l’aménagement de terrains multi-sports à Crésantignes, Saint-Jean-de-Bonneval, Vauchassis pour ne citer que ces exemples. Mais c’est évidemment dans l’agglomération troyenne que se concentrent les réalisations à venir les plus conséquentes.

Laurent Locurcio