Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Dumont France Cave mise sur la RSE

Industrie. Le spécialiste du machinisme viti-vinicole (5,5 M€ de chiffre d’affaires, 25 salariés) s’est engagé dans une ambitieuse démarche complète de RSE.

Dumont France Cave mise sur la RSE
L’entreprise Dumont France Cave est spécialisée dans le machinisme viti-vinicole, de la vigne à l’étiquetage. (Crédit : DR)

On peut avoir été créée en 1890 et être en avance sur son temps. Spécialiste du machinisme viti-vinicole, de la mécanisation du travail de la vigne jusqu’au produit fini, l’entreprise Dumont France Cave le prouve. « Nous fabriquons quelques produits mais notre activité est essentiellement tournée autour de l’importation, de l’intégration, la maintenance et le génie industriel » explique Charles Delaunay-Driquert, directeur général de l’entreprise. Si la société basée à Mardeuil et à Dormans ne manque pas une occasion de présenter ses nouveautés et de se diversifier, elle vient surtout de se lancer dans une démarche RSE novatrice.

« Notre fonction de dirigeant d’entreprise nous amène quotidiennement à nous réinterroger sur la qualité de nos produits et nos service, explique Charles Delaunay-Driquert. Or, cela n’est plus suffisant pour garantir la pérennité de nos entreprises. On ne peut plus ignorer le lien direct qu’il existe entre performance au travail et qualité de vie au travail. Le management est différent, les conditions de recrutement sont différentes depuis plusieurs années et cette tendance va continuer à s’amplifier. Les attentes des salariés évoluent tout comme celles de ceux qui entrent sur le marché du travail ». Pour Charles Delaunay-Driquert, qui s’implique activement dans la démarche avec l’organisme RSE 26000, le chef d’entreprise ne peut plus ignorer tous ces changements qui influent directement sur la performance de l’entreprise.

Une meilleure transversalité

« Avant, l’environnement n’était clairement pas une priorité et on le négligeait, tout comme l’équilibre vie pro / vie perso, l’insertion sociale, l’égalité femme / homme, la lutte contre les discriminations, le taux d’émissions de CO2, le recyclage des déchets, l’éco-conception…Une entreprise sociétale ne peut pas ignorer ces sujets car ils sont attendus et demandés par les collaborateurs, les clients, les banquiers, les collectivités dans le cadre de l’attribution de subventions ou de coups de pouce attendus ».


>LIRE AUSSI : VitiBot veut continuer à accélérer


Selon le dirigeant, son engagement en RSE, permet d’apporter à la fois de la globalité dans les sujets traités et d’assurer une meilleure transversalité dans l’analyse des décisions à prendre et leur suivi. En effet, au même titre que la transformation digitale, la RSE s’impose progressivement comme un standard de pratiques à mettre en œuvre pour permettre aux entreprises de rester au meilleur niveau de leur performance sociale, économique et environnementale.

« Cela nous permet d’anticiper les conséquences liées au changement climatique, à la raréfaction de certaines ressources, aux conditions de travail des personnes employés par nos fournisseurs et de fabrication de certains produits dans des pays tiers. Sans une politique RSE, nous nous exposons à des risques non identifiés, mais certains, qui mettent en péril nos entreprises à moyenne échéance. Avec une politique RSE, on anticipe les risques, on construit des réponses adaptées et on garde toujours une longueur d’avance en matière d’innovation, de pratiques sociales, économiques et environnementales. C’est transparent, fédérateur, gage de qualité et un formidable outil de progrès pour l’entreprise au service de nos collaborateurs et de nos clients », insiste celui qui dirige plusieurs sociétés en Europe, aux Etats-Unis et en Asie et qui fédère les ressources de ces dernières pour apporter de nouvelles solutions innovantes à chacune d’entre elles.

Benjamin Busson