Informations régionales économiques et juridiques
130e année

La fermeture des discothèques n’endiguera pas ce nouveau pic épidémique !

Loisirs. Ou comment reproduire sans cesse la même erreur… en espérant un résultat différent… Ce lundi 6 décembre, en quelques secondes, le premier ministre a arbitrairement anéanti les trois derniers mois d’un travail consciencieux pour offrir à nos jeunes clients un endroit de fête parfaitement sécurisé et a ouvert la voie d’un scénario que nous avons malheureusement déjà vécu.

En fermant en premier les seuls lieux de France qui ont obligation du double contrôle pass sanitaire + pièce d’identité, et donc les seuls lieux à réellement pouvoir être considérés comme étant à l’abri des fraudeurs, le gouvernement reproduit son erreur de l’été 2020 ! On entend déjà la suite début janvier prochain : non vous devez rester encore fermés car d’autres n’ont pas respecté les règles ! C’est le discours qu’on nous tenait déjà à la rentrée 2020… quand le deuxième confinement général approchait à grands pas…

Incroyable. Comment peut-on se retrouver à la tête de l’état avec une telle absence de bon sens et une telle incapacité à tirer parti de ses erreurs ? Les ministres brandissent une étude sur les « risques de contamination dans nos établissements » : nous y opposons les 30 000 entrées réalisées à l’Atrium depuis notre reprise, sans aucun cas contact avéré, sans cluster identifié ! Mais cette réalité de terrain est totalement étrangère pour ces personnes qui considèrent simplement que 1500 entreprises est une quantité négligeable à remettre sous perfusion.

Où allons-nous ? Nos métiers de l’événement et de la convivialité seront-ils placés sous assistanat financier tous les 6-8 mois ad vitam ? Faut-il avoir confiance dans l’intégralité de nos confrères ? Bien sûr que non. Les autres exploitants de lieux publics méritent-ils une plus grande confiance ? Encore moins : les bons et les mauvais élèves se comptent parmi toutes les corporations.

Si la situation est si critique, si le but est de sauver les fêtes de fin d’année, alors fermer les discothèques n’apportera strictement rien. Nous nous dirigeons tout droit vers un confinement généralisé : la fête qui est soit disant si meurtrière même pour les vaccinés ne s’est jamais arrêtée, à aucun moment. Qu’elle soit dans des lieux publics qui s’autorisent à profiter de notre fermeture, ou dans des lieux privés transformés : elle n’a juste absolument pas été encadrée. Il va en être exactement de même les quatre prochaines semaines.

Mesdames messieurs les ministres et hauts fonctionnaires, travaillez plutôt sur ce que dicte le bon sens :

  • Les 20% de français qui vont faire replonger notre pays dans le statu quo.
  • Votre pass sanitaire, substitut à l’absence de courage pour rendre le vaccin réellement obligatoire.
  • Ce même pass qui reste parfaitement « VERT » si on est infecté et qu’on ne se déclare pas !

Et les paradoxes des nombreuses exceptions à votre propre règle du pass sanitaire :

  • Les transports en commun bondés qui eux n’augmenteraient soit disant pas les risques de contamination.
  • Les marchés de Noël avec « option » pass sanitaire.
  • Les meetings politiques.
  • Les scènes de non-respect des gestes barrières que vous nous servez dans les médias à longueur de journée. Etc. etc.
Par Olivier Stroh, Propriétaire-gérant de l’Atrium Club & Events, Représentant local du Syndicat National des Discothèques et Lieux de Loisirs