Informations régionales économiques et juridiques
129e année

L’entreprenariat au feminin : un nouveau défi pour la CAPEB

La Commission Nationale des Femmes d’Artisan de la CAPEB devient la Commission Nationale des Femmes de l’Artisanat. La CAPEB réoriente sa politique syndicale vers l’ensemble des femmes dans l’artisanat, qu’elles soient conjointes dans l’entreprise ou bien cheffes d’entreprise artisanale du bâtiment.
Cette réorganisation en faveur des femmes cheffes d’entreprises est issue d’enquêtes et études menées auprès des femmes et permet aujourd’hui à la CAPEB de porter une nouvelle offre syndicale. Les combats et victoires passés, menés pour la défense et la reconnaissance des conjointes d’entreprises, sont toujours d’actualité : un statut légal demeure obligatoire pour toute activité régulièrement exercée au sein de l’entreprise.

La CAPEB a diligenté une étude pour entendre les femmes chefs d’entreprises. L’objectif est au départ de répondre à une demande des dirigeantes d’entreprises qui se présentaient dans le réseau des CAPEB départementales. En effet, être dirigeante est un défi quotidien qui traduit une double réussite, en tant que femme mais également en tant que cheffe d’entreprise. Ces femmes investies dans la gestion de leur entreprise ont besoin d’être aidées et accompagnées tout au long de leur parcours professionnel.

C’est l’une des raisons pour laquelle la CNFA et les CDFA ont souhaité prendre acte des conclusions de cette étude et ont décidé d’intégrer ces femmes entrepreneures au sein de leurs commissions respectives. Localement, ces commissions s’organisent pour leur assurer un accueil spécifique, leur proposer des thématiques propres à leurs expériences et les intégrer dans les sections professionnelles de leurs métiers.

SYNTHÈSE DE L’ENQUÊTE SUR LES FEMMES CHEFFES D’ENTREPRISE

Les femmes cheffes d’entreprise sont le plus souvent créatrices de leur entreprise. Elles exercent majoritairement une activité mixte entre le métier d’artisane et la gestion de l’entreprise. En effet, 53% d’entre elles ont créé leur entreprise, 33% l’ont reprise et pour 14% d’entre elles il s’agissait d’une transmission d’entreprise.

54% d’entre elles décrivent leur activité comme mixte « métier d’artisane » et « gestionnaire », 44% comme « gestionnaire exclusivement » et 2% seulement comme « artisane exclusivement ». Les femmes cheffes d’entreprise sont très majoritairement présentes en ligne, et 91% des entreprises interrogées sont référencées sur internet.

Une forte notoriété et une forte présence de la CAPEB ressortent de cette enquête : 92% des femmes cheffes d’entreprise non adhérentes interrogées déclarent connaitre la CAPEB.

Un peu plus de la moitié des répondantes (58%) pensent qu’il est légitime que les organisations professionnelles agissent spécifiquement pour les femmes cheffes d’entreprises. Leurs attentes sont en priorité centrées sur des actions de communication spécifiques, telles que des informations sériées, des événements et des offres de services dédiés.

Pour le tiers de femmes chefs d’entreprise pensant que les organisations professionnelles ne devraient pas mettre en place d’actions spécifiques à destination des femmes chefs d’entreprise, les motivations avancées sont le fait qu’il n’y ait pas de différence entre hommes et femmes (56%) et que les femmes chefs d’entreprise sont chefs d’entreprise d’abord et avant tout (29%)

Par La Capeb