Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Vive les maths !

Benjamin Busson

Un tel titre, écrit sous la plume d’un ancien élève aux talents relativement modestes - c’est un euphémisme - en matière d’arithmétique, d’algèbre ou de géométrie prend sans doute encore plus de sens. Toutes les études et les avis des experts le révèlent, et même le dernier rapport commandé par le ministre de l’Education nationale tire la sonnette d’alarme : « Le niveau moyen de compétences en mathématiques en France est en baisse depuis près de 40 ans », plaçant les élèves Français à la traîne des classements internationaux. À qui la faute ? Sortons des clichés et ne pointons pas du doigt le système scolaire à la française, une supposée faiblesse des programmes ni le manque de moyens alloués à la pédagogie dans l’Education nationale. Car le problème des maths à l’école, au collège et au lycée est finalement aussi celui du français, celui des langues étrangères et de nombreuses matières en chute libre. À force de considérer qu’aucune d’entre elles n’est absolument indispensable, de les opposer les unes aux autres - parfois par enseignants interposés - et de rester arc-bouté sur des méthodes souvent éloignées des applications pratiques du quotidien, l’enseignement peine à intéresser et donc, par conséquent, à dégager un niveau satisfaisant. L’autre problème c’est que sans les bases et un minimum de culture mathématique, difficile de comprendre l’économie, donc le monde qui nous entoure. Une explication aux difficultés sociétales qui nous entourent ? Pas la seule, mais assurément l’une d’elles.

Benjamin Busson