Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Liberté chérie

Benjamin Busson

Pourquoi un soignant, qui a choisi de consacrer sa vie à aider et à soigner les autres, refuse-t-il si farouchement un vaccin, dont la majorité du corps médical estime qu’il est le rempart ultime contre le Covid ? Pourquoi en étant au contact avec des personnes vulnérables, porteuses de pathologies, voire de comorbidités est-on aussi opposé à une injection destinée à protéger ces mêmes patients ?

Pourquoi une telle opposition de certains Français alors que 36 millions de leurs compatriotes ont déjà reçu leur première dose de vaccin ? Pourquoi, au nom de « la liberté », certains seraient prêts à démissionner quand dans le même temps, au nom de cette même liberté à retrouver, 3 millions de Français se ruent sur les prises de rendez-vous ?

La crise du Covid tourne trop souvent au combat politique quand les enjeux sont ceux de la santé publique et de la vie des plus fragiles. Que les uns et les autres fassent leur choix, mais par pitié qu’ils les assument en leur âme et conscience sans tomber dans l’outrance des discours bordés de culpabilisation, de théories fumeuses ou de comparaisons honteuses. Champions de la consommation de psychotropes et de cannabis en Europe, les Français n’en vérifient pourtant jamais le moindre contenu et ne descendent pas non plus dans la rue pour en dénoncer les effets indésirables supposés. Mais un vaccin...

Benjamin Busson