Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Des sites pas si nets

Benjamin Busson

Selon une enquête de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), 63% des produits vendus en ligne seraient non conformes ! Pire encore, 28% de ces mêmes produits sont considérés comme dangereux, la DGCCRF ayant étudié le cas de plusieurs familles de produits à fort succès lors des achats en ligne, à savoir les cosmétiques, les jouets et les produits électroniques.

Un constat effrayant à l’heure où les Français ne jurent plus que par les applis d’achats rapides de produits pas cher venus de l’autre bout du monde. Et puisque, au vu du succès de ces marketplaces, nos concitoyens se soucient peu des conditions dans lesquelles ces produits sont fabriqués (travail des enfants, sécurité défaillante...), peut-être est-il possible de les sensibiliser sur les dangers qu’ils font courir à leurs enfants ou à eux-mêmes.

Car c’est bien là que la DGCCRF tire le signal d’alarme : risques d’incendie dans les guirlandes de Noël ou dans les adaptateurs électriques, risque sanitaires en raison de la présence de métaux lourds dans les bijoux fantaisie ou risque de suffocation avec les petits jouets... la dangerosité touche tous les produits. La sensibilisation est de mise et les services de l’Etat promettent des contrôles renforcés sur les sites. Même si, une fois de plus il en va avant tout de la responsabilité individuelle des consommateurs. A l’approche de Noël on peut toujours rêver....

Benjamin Busson