Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Abstention, piège à ... ?

Benjamin Busson

Qui des douze candidats ou de l’abstention remportera l’élection présidentielle ? Car si l’on en croit les (nombreux, très nombreux, trop nombreux ?) instituts de sondage, le spectre d’une abstention record pourrait être atteint le 10 avril prochain. Pour rappel, le précédent « record » d’abstention pour un premier tour de présidentielle date de 2002 avec un pic à 28,4%. S’il devait être atteint, ce chiffre constituerait un triste score pour l’élection phare de notre République, symbole ultime du suffrage universel, obtenu de haute lutte par nos aïeuls.

S’émouvant à longueur d’année de ne pas être écoutés ni représentés, trop nombreux sont ceux qui, au lieu de prendre 10 minutes de leur si précieux dimanche, préfèrent laisser aux autres le pouvoir de choisir leurs dirigeants. Il y a aussi ceux qui, sans doute trop scotchés à leur compte Amazon ou à leur foisonnant menu Netflix, estiment - excuse ô combien dédouanante de toute réflexion et/ou responsabilité citoyenne - ne pas trouver dans la classe politique un candidat à leur goût.

Mais combien d’autres pays au monde peuvent se targuer de présenter 12 noms aux profils aussi variés à l’élection suprême ? Comme notre famille, nos amis, nos coéquipiers ou nos collègues, les politiques ne peuvent évidemment pas correspondre en tous points à l’ensemble de nos aspirations. Pour ceux qui le déplorent, il leur reste encore la possibilité de se lancer dans l’aventure pour 2027... et cinq ans à râler...

Benjamin Busson