Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Marine Le Pen en tête en Champagne-Ardenne, les élus locaux réagissent

Politique. Comme il y a cinq ans, le second tour de l’élection présidentielle verra s’affronter Emmanuel Macron (27,8%), Président sortant, et Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (23,1%). Dans l’ex-région Champagne-Ardenne, c’est la candidate du RN qui est arrivée en tête au premier tour dans les départements de l’Aube, de la Marne et des Ardennes.

Comme en 2017, les candidats du second tour des Présidentielles sont Emmanuel Macron et Marine Le Pen. DR

Les villes de Champagne-Ardenne ont majoritairement voté Emmanuel Macron quand les campagnes ont, elles, placé Marine Le Pen en tête. À Reims, le Président sortant arrive en tête avec 29,21% des suffrages, Jean-Luc Mélenchon est en 2e position avec 24,54 % et Marine Le Pen complète le podium avec 22,34 % des voix. À Châlons-en-Champagne, Emmanuel Macron est aussi en tête avec 26,15% quant à Marine Le Pen elle est en deuxième position avec 25,7%. Même configuration à Épernay : Emmanuel Macron remporte 29,34% et Marine le Pen 27,78%.

Emmanuel Macron a augmenté son score

Avant le premier tour, les figures politiques marnaises s’étaient elles aussi rangées en majorité derrière le Président sortant, et face aux résultats le voyant affronter une nouvelle fois la candidate du Rassemblement National, les opinions sont tranchées : « Le premier enseignement de ce scrutin, c’est que la participation est supérieure à ce qui était prévu, c’est une bonne nouvelle pour tous ceux qui croient en la vitalité de notre démocratie, malgré une campagne atypique où la guerre en Ukraine et la crise du Covid ont occupé l’espace médiatique. Pour autant, le résultat du premier tour donne une avance importante à Emmanuel Macron. Si je me réjouis à titre personnel qu’il augmente son score de 2017, je ne peux que m’inquiéter de voir que les candidats extrêmes approchent les 50% des voix », confie Catherine Vautrin, Présidente du Grand Reims.

« La campagne du second tour voit s’opposer deux visions de la France, deux projets radicalement différents, sur des questions d’avenir aussi essentielles que les retraites, le pouvoir d’achat, le place de notre pays dans le monde et en Europe. J’ai combattu l’extrême droite tout au long de ma vie politique et je continuerai à mener ce combat. (…) J’appelle tous les Français à faire le choix d’une France optimiste, une France de l’audace et de la réforme, une France bienveillante qui permet à chacun de s’en sortir et qui ne laisse personne au bord du chemin, et cette France, c’est celle que défend Emmanuel Macron », juge-t-elle. « Il faut continuer notre mobilisation », insiste la députée de la 2e circonscription de la Marne, Aina Kuric.

« En 2017, Emmanuel Macron était en 3e position dans notre département, là, il a progressé et arrive en deuxième position avec 28,63% des voix (contre 30,56% pour Marine Le Pen, ndlr.). Le deuxième tour est comme une nouvelle élection, donc nous nous mobilisons, nous sommes sur le terrain pour défendre le programme de notre candidat et aussi pour nous adresser aux électeurs qui ne sont pas allés voter, soit dans la Marne 26,54%. Et puis, c’est programme contre programme. Il y a un vote de contestation des électeurs du Rassemblement National et puis il y a le vote d’adhésion, et là, c’est à nous de démontrer que le projet n’est pas le bon pour le pays », poursuit la députée de la majorité présidentielle. « Le refus d’une Europe plus forte et solidaire, on a quand même des exemples concrets en ce moment de l’importance de cette union. »

Des soutiens discrets

Dans l’Aube, Marine Le Pen est arrivée en tête avec 32,95% des voix (368 des 431 communes auboises ) et Emmanuel Macron deuxième avec 25,60%. C’est dans l’agglomération troyenne qu’il termine en première position (17,91%). Cette vague « bleu Marine » peut-elle influer sur les stratégies électorales des législatives des 12 et 19 juin sachant que dans les trois circonscriptions en jeu le vote rural sera prépondérant ? Toujours est-il que les principaux élus LR du département n’appellent pas à voter nommément pour Emmanuel Macron (c’est le cas de François Baroin et des deux députés LR sortants, Valérie Bazin-Malgras et Gérard Menuel).

« L’ensemble de mon parcours politique et ma construction personnelle autour des valeurs du Gaullisme ont toujours montré le rejet des extrêmes. La priorité est désormais de préparer sereinement les élections législatives qui doivent mettre en exergue le besoin absolu de proximité, d’écoute, de disponibilité et de défense des enjeux locaux », indique tout en nuance, François Baroin, maire de Troyes et président de TCM. « Au premier tour de l’élection présidentielle, 6 électeurs sur 10 ont dans l’Aube fait le choix des extrêmes (droite ou gauche). C’est avant tout un vote protestataire qui traduit de réelles souffrances que nous devons entendre. Dans ce contexte et sans la moindre hésitation, je voterai Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle », annonce en revanche sans détour, Philippe Pichery, président du Conseil départemental de l’Aube.

0,6% d’écart dans les Ardennes

Avec 36,01 % contre 23, 64 %, Marine Le Pen caracole en tête dans les Ardennes devançant Emmanuel Macron de presque 13 points. Patrick Fostier, vice-président d’Ardenne Métropole et animateur du comité de soutien à Valérie Pécresse dans les Ardennes a lui aussi publié un long message après les résultats du premier tour : « Au second tour, les Français ont décidé de qualifier les mêmes candidats qu’en 2017. La candidate RN porte des valeurs politiques incompatibles avec les valeurs gaullistes qui sont au centre de mon engagement dans la vie publique. Elle conduirait à mener notre pays à des alliances avec des pays dirigés par des autocrates, dont Vladimir Poutine. Son programme économique provoquerait un effondrement brutal dont les conséquences seraient terribles pour tous les Français. Le 24 avril, j’apporterai mon suffrage à Emmanuel Macron. »

À Charleville-Mezières, les trois candidats du podium sont dans un mouchoir de poche avec respectivement 25,79% pour Marine Le Pen, 25,52% pour le Président sortant et 25,18% pour Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France Insoumise.

Pour retrouver l’intégralité des résultats par départements et par communes : https://www.resultats-elections.interieur.gouv.fr/presidentielle-2022/

Laurent Locurcio, Nastasia Desanti