Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Les perspectives 2022 des acteurs économiques et politiques de la région (2/3)

Perspectives. Les acteurs économiques et politiques livrent leurs perspectives pour l’année à venir.

2022 peut-elle marquer une première étape vers une nouvelle ère post-covid ?

Riccardo Agnesina, Président de la CPME Marne : Une étape certes mais pas une première étape. La 1ère étape a été à mon sens le 1er confinement. Il reste aujourd’hui beaucoup de questions et pas toujours de solutions (cf : le pass sanitaire entreprise, le remboursement des aides qui se profile...). L’ère post covid n’est pas pour 2022, l’enjeu pour cette année sera de rebondir, de saisir les opportunités qui se présentent en levant les barrières de 2021 (difficultés de recrutement, coût et pénurie de matières premières).

Valérie Beauvais, Députée de la Marne : Concernant une nouvelle ère post Covid en 2022, c’est probable mais rien n’est certain, on disait la même chose pour 2021, visiblement tel ne sera pas le cas pour le début 2022.

Christian Bruyen, Président du Conseil départemental de la Marne : Certainement pas en tous domaines, tel que l’imaginaient certains en 2020. Mais cette crise sanitaire a eu un impact indéniable sur l’attractivité des territoires ruraux. Disposer d’un jardin, d’espaces de vie « aérés », s’est révélé comme une sorte de privilège durant le confinement. La perception du monde rural, avec ses précieux atouts en termes de qualité de vie, a changé. Le télé-travail et l’aspiration à un mode de vie plus doux peuvent transformer l’aménagement de nos territoires demain.

François Gomariz, Président de la CCI de la Marne en Champagne : La situation sanitaire à date montre clairement que 2022 devra réunir le vivre ensemble et le vivre avec, en nous obligeant à nous adapter.

Lise Magnier, Députée de la Marne : Nul ne connaît à l’avance l’évolution de la situation épidémique et, encore une fois, le virus nous a appris à rester modestes : je ne peux donc pas répondre à cette question avec certitude. Néanmoins, j’ai la conviction que la sortie définitive de cette crise sanitaire passe par un travail de conviction auprès de la minorité de Français qui refusent de se faire vacciner. Surtout, l’enjeu consiste désormais à vacciner le monde entier et particulièrement les pays en voie de développement pour prévenir l’apparition d’un nouveau variant en capacité de remettre en cause tous nos efforts.

Pierre N’Gahane, Préfet de la Marne : Post-covid, je ne sais pas mais je l’espère très sincèrement pour chacun et chacune d’entre nous. Ce qui est certain, c’est que, comme je vous le disais déjà l’année dernière, notre monde a changé. La crise, ou devrais-je dire, les crises liées à la Covid, ont bouleversé notre quotidien. L’organisation du travail, l’économie, le regard sur le monde sont en pleine mutation.

Philippe Pichery, Président du Conseil départemental de l’Aube : 2022 doit renforcer la dynamique de développement de l’Aube, idéalement placée aux portes de l’Ile de France et dotées de nombreux atouts. À une époque où tout s’accélère, le facteur temps jouera un rôle de plus en plus important. Efficacité et réactivité doivent être, avec l’union des forces du territoire, les piliers de nos réussites de demain. Nous avons les moyens de nos ambitions. Il ne tient qu’à nous de les mobiliser pour les concrétiser.

Arnaud Robinet, Maire de Reims, Vice-président de la Région Grand Est : Il le faut. Nous le souhaitons tous. Evidemment, cette pandémie a un impact sanitaire, économique mais également social. Nous avons besoin d’espoir pour mieux repartir. C’est notamment avec de nouvelles propositions, de nouvelles manières de faire que j’ai lancé dès l’année dernière la démarche Inventons le Reims d’Après et qu’en parallèle, j’ai initié la commission Colbert pour permettre d’imaginer Reims demain.

Catherine Vautrin, Présidente du Grand Reims : Le Covid va-t-il vraiment bouleverser notre façon de faire, à certains égards sans doute, je pense au recours au télétravail. Fort heureusement, beaucoup de choses n’évolueront pas. On trouvera toujours du plaisir à se retrouver en famille, entre amis, à voyager… Mais nous aurons sans doute gagné en lucidité sur la fragilité que fait peser sur nous le risque d’une épidémie mondiale.

Rédaction PAMB