Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Euractis, le G.E.I.E. du droit et du chiffre

Droit. Le groupement d’intérêt économique européen Euractis, dont le siège social est situé depuis son origine à Sedan, a fêté son trentième anniversaire à l’occasion de travaux annuels, délocalisés à l’Hostellerie des Clos, à Chablis.

Euractis, le G.E.I.E. du droit et du chiffre
Une majorité d’experts champardennais étaient présents à cette assemblée générale délocalisée, cette année, à Chablis. Comme les avocats Alexandra Joliot-Froissard et Olivier Delvincourt, l’huissier de justice Margaux Gardien et l’expert-comptable Pierre Dumont.

Lors de ce rendez-vous, Me Jean-Pierre Joliot, ancien membre du conseil de l’ordre du barreau des Ardennes et de Paris et gérant-fondateur de cette structure professionnelle du droit et du chiffre, est revenu sur la genèse de ce G.E.I.E., apparu dans le paysage économique le 24 janvier 1992 au Domaine Les Crayères à Reims. Il fut, à l’époque, le tout premier dans l’Hexagone et le second à exister au sein de l’Union européenne. Cette association présente la particularité de regrouper des avocats, huissiers de justice, experts-comptables, commissaires aux comptes, réviseurs d’entreprises, juristes, financiers en vue de développer les synergies et les compétences.

« Plus les mesures en vue de pallier les difficultés de trésorerie liées à des factures impayées, la perte d’un fournisseur ou le retard de prêts bancaires sont prises tôt, plus le retournement de l’entreprise, la pérennité de l’activité et la préservation de l’emploi sont possibles »

Et depuis 30 ans, les membres européens de ce G.E.I.E. réunissant des spécialistes de la Champagne Ardennes (la grande majorité), du Doubs, du Jura, de la Côte d’Or, de l’Yonne, d’Ile-de France mais aussi de Belgique, du Luxembourg et de Grèce coopèrent quotidiennement tout en se retrouvant une fois par an au cours de réunions tenues en France, Belgique, Luxembourg, Allemagne et Italie. En attendant le Portugal, en 2023, lors d’un rendez-vous qui sera marqué par l’intégration d’un avocat et d’un notaire portugais.

« Nous avons pour objectif de renforcer les coopérations corporatistes dans des domaines complémentaires et en constante évolution, vu sous le prisme de l’Europe, tant au niveau juridique que fiscal tout en prodiguant nos conseils aux particuliers et aux entreprises », souligne Jean-Pierre Joliot, président d’honneur depuis 2011.

M.A.R.D. et traitement des difficultés des entreprises

Lors de leurs retrouvailles dans l’Yonne, plusieurs réjouissances intellectuelles ont été soumises à la sagacité des participants autour du thème : « Les modes alternatifs du règlement des différends (MARD) et le traitement des difficultés des entreprises ». Face à une justice « de plus en plus malmenée », en raison du manque d’effectifs dans les juridictions et de la longueur des procédures, les praticiens ont témoigné de l’efficacité de la mise en place de ces modes alternatifs et amiables. Ils permettent une résolution des litiges (conciliation, procédure participative, médiation acte d’avocat…) et des solutions plus rapides et mieux appréhendées par les parties en présence.

Il a aussi été débattu du traitement des difficultés des entreprises comme les procédures de mandat ad hoc, la conciliation, la sauvegarde, le redressement et la liquidation judiciaire. Il a résulté des différentes discussions qu’il était primordial d’informer et de sensibiliser les acteurs qui accompagnent quotidiennement les entreprises sur l’existence de la boîte à outils mise en place par le législateur. Par méconnaissance, par honte ou par crainte, trop peu de dirigeants ou d’entrepreneurs individuels sollicitent l’ouverture de procédures amiables ou de sauvegarde en poussant les portes des tribunaux de commerce ou judiciaires.

« Pourtant, les chiffres sont là. Plus les mesures en vue de pallier les difficultés de trésorerie liées à des factures impayées, la perte d’un fournisseur ou le retard de prêts bancaires sont prises tôt, plus le retournement de l’entreprise, la pérennité de l’activité et la préservation de l’emploi sont possibles », ont conclu les experts du G.E.I.E. Euractis.

Pascal Remy