Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Une préfète déjà engagée sur le terrain

Politique. La nouvelle préfète de l’Aube, Cécile Dindar, n’a pas l’intention de perdre du temps.

Cécile Dindar est la nouvelle préfète de l’Aube. Laurent Locurcio

« J’ai eu l’occasion d’échanger avec mon prédécesseur et de rencontrer des élus », confie-t-elle. Arrivée officiellement dans l’Aube fin avril, celle qui était jusqu’ici secrétaire générale de la préfecture du Rhône et préfète déléguée pour l’égalité des chances, a détaillé ses motivations lors de sa présentation à la presse. Diplômée de la prestigieuse Essec, elle aurait pu faire carrière dans le secteur privé. Elle a d’ailleurs eu une expérience d’apprentie dans le secteur bancaire. « Ce qui m’intéressait dans l’Essec, c’était que l’école était une des seules à promouvoir l’apprentissage », explique Cécile Dindar. Une période qui lui a permis de définir sa voie et d’opter pour le public en passant le concours de l’ENA. Une suite logique pour cette fille de fonctionnaires pour qui le service public dans son ensemble compte beaucoup. Depuis sa sortie de l’ENA, elle a ainsi dirigé un hôpital à La Réunion et occupé différents postes en préfecture.

Un engagement total

À 44 ans, c’est la première fois qu’elle se retrouve à la tête d’une préfecture. Quasiment un record de précocité pour l’Aube et une marche de plus vers la féminisation de la fonction puisqu’elle est la seconde préfète de l’Aube. Un département qu’elle a eu l’occasion de visiter mais elle compte bien mettre à profit les semaines qui viennent pour rencontrer les forces vives du territoire. « J’ai déjà été sensibilisée aux grands dossiers structurants du département que sont l’électrification de la ligne Paris- Troyes, la mise à grand gabarit de la Seine entre Bray et Nogent-sur-Seine, le devenir du site de Clairvaux pour lequel 2022 sera une année importante, et le projet de réserve naturelle de la Seine Champenoise », fait remarquer la nouvelle préfète de l’Aube. Autant de dossiers dans lequel l’État joue un rôle important. Mais elle entend aussi être attentive au quotidien des Aubois, à travers d’autres missions comme celle liée à la sécurité, à l’emploi ou encore l’éducation pour citer quelques exemples. « Être préfet d’un département, c’est un engagement de tous les instants », conclut-elle.

Laurent Locurcio