Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Soap and Trees : du savon pour protéger la forêt

Environnement. Du savon pour sauver la forêt. C’est le concept de l’association Soap and Trees imaginée par quatre jeunes marnais, Naïs Beaulieu, Laure Degryse, Victor Girardin et Alexis Lefevre.

Naïs Beaulieu, Laure Degryse, Victor Girardin et Alexis Lefevre ont imaginé le concept de l’association Soap & Trees. DR

Ils sont étudiants ou entrepreneurs indépendants dans le domaine de la communication, du digital ou du graphisme et ont décidé d’investir leurs économies personnelles (15 000 euros) pour lancer un projet parallèle à leur activité professionnelle dans le but d’apporter leur contribution à la protection de la planète. « Notre idée est de vendre du savon en poudre, pour récolter des fonds qui serviront ensuite à planter des arbres ou à protéger l’écosystème forestier », explique Alexis Lefevre, responsable de la communication de l’association présidée par Naïs Beaulieu.

Soap and Trees propose donc la vente de sachets de savon en poudre, à diluer dans 500 ml d’eau, ainsi que des flacons en verre rechargeables. Une manière de réduire considérablement l’utilisation de matière plastique habituellement utilisée pour le conditionnement des savons mais aussi de réduire l’empreinte carbone de l’initiative. Le savon liquide étant composé à 95% d’eau, son transport en sachet à diluer plutôt qu’en flacons est nettement plus écoresponsable. C’est ainsi que l’association estime que trois sachets achetés équivalent à 12 m2 de forêt protégés.

Vente en ligne

« Tout est fabriqué en France à base d’ingrédients naturels à 99% », souligne Laure Degryse, en charge des illustrations et du graphisme des produits. « Le savon en poudre est produit en Auvergne et les flacons en verre sont conçus dans le sud ».

Commercialisé sur le site de e-commerce, leur savon est proposé en pack « maison » (trois sachets de savon et trois flacons) ou « découverte » (un flacon et trois sachets). Et les flacons ont été dessinés pour apporter une touche de design et de décoration chez les utilisateurs, qu’ils soient particuliers ou entreprises. « 100% des bénéfices sont reversés à des associations partenaires de protection de la forêt ou des animaux sauvages », explique Victor Girardin, secrétaire de Soap and Trees. Et en cas de succès, l’association envisage même de faire l’acquisition de parcelles de forêts ou de friches industrielles pour y réaliser ses propres actions en faveur de la nature.

Benjamin Busson