Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Les entreprises ardennaises sensibilisées à la cybersécurité

Informatique. Avec la hausse des attaques informatiques, les entreprises ardennaises ont été sensibilisées au risque des cyberattaques.

Parmi les intervenants, Michel Rochelet, de l’Agence nationale de sécurité et des systèmes d’information. Pascal Rémy

Salle pleine pour la réunion d’information organisée par la CCI et la Préfecture dans les locaux consulaires sur le thème : « Préparons-nous à une cyberattaque ». L’augmentation du nombre de cyberattaques en France est vertigineuse : entre 2021 et 2022, on constate une hausse de +255% d’attaques informatiques dont 4% ont été recensées dans le Grand Est. Face à cette hausse, l’heure est donc à la sensibilisation comme l’a expliqué Julie David, directrice de cabinet du préfet des Ardennes. « Il faut développer ce type d’opération dans le but de donner à chacun les clés pour prévenir ce risque, être vigilant et savoir quoi faire et comment réagir lorsqu’on y est confronté. » « Il faut prendre conscience qu’une cyberattaque réussie peut mettre complètement à mal une entreprise, l’empêcher de redémarrer et avoir dans certains cas de lourdes conséquences économiques », déclare Françoise Chauder, responsable du service de l’information stratégique et de la sécurité économique.

RENDRE SON CYBERESPACE PLUS SÛR

Michel Rochelet, (ANSSI), Clément Joliot (Soteria Lab) et David Dubus (Unumkey) ont pris à leur tour la parole pour évoquer la typologie des cyberattaques, comment un simple clic peut bloquer toute activité et lister quelques leviers pour préparer et gérer efficacement ces actes de malveillance. Certains chefs d’entreprises ont aussi témoigné de cette menace bien réelle et de plus en plus courante. Si on avait su que les services d’Ardenne Métropole et l’entreprise Invicta avaient été piratés, on a aussi appris de la bouche-même de leurs responsables, Emmanuel Poix et Nicolas Dubois, que le Moulin à couleurs d’Écordal et la société Embal’Système, ont subi de plein fouet les conséquences de ce phénomène. « Une grosse sueur froide mais heureusement les données les plus sensibles et le cœur de l’informatique n’avaient pas été touchées », a signalé l’une de ces deux victimes. D’où l’urgence de se protéger son cyberespace et d’acquérir « une hygiène numérique » face aux prédateurs... L’Etat a d’ailleurs décidé de s’attaquer à ce mal, en créant 1 500 postes de cyberpatrouilleurs. Une vraie révolution en termes de sécurité !

Pascal Remy