Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Le bon bilan 2021 de l’aéroport de Vatry

Transport. L’aéroport a atteint les 30 000 tonnes de fret en 2021.

DR

Après 3 000 tonnes de fret seulement en 2019, puis 12 000 tonnes en 2020 (dont environ un quart constitué de matériel sanitaire), en cette fin d’année 2021, l’aéroport de Paris-Vatry est certain d’atteindre les 30 000 tonnes de fret. Un succès à mettre à l’actif de l’expertise globale des équipes de l’ établissement public placé sous l’égide du Département sous l’action de la nouvelle Direction, Christophe Parois en tête, qui récolte les fruits de la stratégie mise en oeuvre au cours des trois dernières années. Au coeur de cette stratégie, validée par les collectivités locales (Conseil départemental de la Marne, Conseil régional du Grand Est, Communauté d’Agglomération de Châlons-en-Champagne, Communauté Urbaine du Grand Reims et Département de l’Aube), la consolidation des efforts de l’aéroport pour le développement du fret s’avère donc une réussite.

Une évolution positive

Si le trafic passager n’est pas abandonné pour autant, le contexte actuel n’est pas propice à faire évoluer significativement les flux de passagers fréquentant l’aéroport. Et si la structure reste à l’affût des opportunités qui pouvaient se faire jour, il est acté que les aides apportées aux compagnies aériennes intéressées devront être limitées, dégressives et en tout état de cause, constituer des montants bien inférieurs à ce qu’ils ont pu être un peu partout il y a quelques années de cela. Pour le Président du Département de la Marne, Christian Bruyen, qui se satisfait évidemment d’avoir su impulser une nouvelle dynamique, cette évolution positive a également été rendue possible du fait de l’intérêt porté au plus haut niveau de l’Etat, du Premier Ministre Jean Castex qui ne manque jamais de mobiliser autour de lui au Ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari qui est déjà lui aussi intervenu personnellement pour apporter son soutien à l’aéroport.

La Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) suit elle aussi de près les attentes de l’aéroport et se révèle « très facilitante » soulignent d’une même voix Christian Bruyen et son directeur Christophe Parois. Du côté de Paris-Vatry on vise déjà les 75 000 tonnes à l’horizon fin 2023, voire 100 000 tonnes un peu plus tard, ce qui ferait alors de l’aéroport de la structure marnaise, une plateforme de tout premier plan sur le territoire national.

Benjamin Busson