Informations régionales économiques et juridiques
129e année

L’Aube se met au court-voiturage

Transport. Dans l’Aube, le court-voiturage est la version intra-départementale du co-voiturage. Mais la finalité est la même puisqu’il s’agit de diminuer le nombre de déplacements en voiture avec davantage de passagers par véhicule.

C’est dans les locaux de l’Estac au stade de l’Aube que le dispositif de court-voiturage a été présenté. Laurent Locurcio

Le principe est bien connu avec Blablacar, la plateforme permettant de partager les frais de trajet en voiture. « Nous, c’est du court-voiturage puisque les trajets sont limités à l’intérieur du département mais avec une aide financière et des facilités accordées à ceux qui utilisent l’application Karos qui est notre partenaire », résument Olivier Girardin, vice-président de Troyes Champagne Métropole et Philippe Pichery, président du conseil départemental.

Par exemple, l’Estac a décidé d’accorder des facilités de stationnement autour du stade de l’Au be à ceux qui viennent au match en se regroupant pour voyager. « En réduisant le nombre de véhicules, on travaille aussi à résoudre la problématique de stationnement autour du stade », confie Florent Ondernard, directeur de la communication de l’Estac.

Incitation financière

De leur côté, TCM et l’Estac mettent la main au portefeuille pour inciter les automobilistes. C’est ainsi qu’une participation allant de 0,65 centimes à 3,65 euros par les collectivités, sachant aussi que chaque passager participe également au partage des frais. Tous ces échanges financiers étant gérés automatiquement par l’application Karos pour faciliter son utilisation.

D’autres avantages sont encore accordés, comme par exemple la gratuité, pour les utilisateurs Karos, du réseau de bus de la TCAT dans la limite d’une heure avant ou après chaque covoiturage. « Nous allons aussi largement présenter ce dispositif aux entreprises dont les salariés peuvent être intéressés pour les trajets domicile-travail », précise également Philippe Pichery, confiant dans la montée en puissance du dispositif.

Laurent Locurcio