Informations régionales économiques et juridiques
129e année

G’Ardenne, une rose aux couleurs de l’Ardenne

Flore. Deux mois après la reconnaissance de cette rose par le jury du concours international de rosiers de paysage de Bagatelle, cet arbuste de près d’un mètre comptant des fleurs plates de couleur rose cyclamen composées de 10 à 12 pétales vient d’être baptisé dans les Ardennes sous le nom de G’Ardenne pour souligner son ancrage transfrontalier.

Hubert Fontaine et Anthony Forgeard devant le rosier G’Ardenne. Benjamin Busson

L’évènement a eu lieu à Launois-sur-Vence lors de la foire des vacanciers en présence des deux protagonistes du projet, Hubert Fontaine, plus connu sous le patronyme d’Hubert le jardinier, et le pépiniériste Anthony Forgeard.

Lors d’un séjour en Isère il y a un peu plus d’un an, Hubert a eu le coup de foudre pour cette variété de rose qui lui avait été offerte, prête à être exploitée. À son retour dans les Ardennes, il en a parlé à Dominique Arnould, la présidente de l’Agence de Développement Touristique ardennaise. Tous deux ont alors décidé de faire de cette plante parfumée et réputée pour être résistante aux maladies la toute première rose officielle ardennaise. Pour cela, il a fallu trouver un jardinier professionnel capable de multiplier la rose pour en assurer une production massive.

Adaptée au sol ardennais

Les époux Forgeard à Saint-Lambert et-Monts-de-Jeux sont en mesure d’en produire10 à 15 000 de toutes variétés. Le rosier G’Ardenne pouvait alors prospérer et être présenté au Relais de poste de Launois-sur-Vence où il a déjà acquis une certaine notoriété. « On a tout de suite été emballé par ce projet, raconte le jeune couple. On a reçu de la part de l’obtenteur un greffon du rosier qu’on a greffé à un églantier pour l’acclimater aux Ardennes. Après un an de culture, le rosier se plaît toujours bien, on peut donc considérer qu’il s’est bien adapté au sol ardennais ».

Hubert Fontaine ajoute : « La rose nécessite peu d’entretien, elle est idéale pour les particuliers qui ne sont pas des experts en jardinage ou pour les collectivités qui veulent embellir leur territoire ». Hubert et Anthony rêvent, désormais, de voir la G’Ardenne fleurir aux quatre coins du département. Tout comme Dominique Arnould, conseillère départementale, qui considère ce rosier ardennais comme un formidable outil de promotion du territoire. « Nous venons de lancer les démarches pour que chaque commune ardennaise labellisée « Villes et Villages Fleuris » reçoive son rosier ! ».

Pascal Remy