Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Woodoo passe à la vitesse supérieure grâce au « bois augmenté »

Technologie. Nouvelle usine, levée de fonds et participation au CES de Las Vegas avec des premières mondiales comme un mur d’écran vidéo en bois.

L’unité de production de Rosières, va se doubler d’un second site de fabrication à La Chapelle-Saint-Luc. Laurent Locurcio

L’année commence très fort pour Woodoo, avec une présence remarquée au CES de Las Vegas. Le plus grand salon mondial consacré à l’innovation technologique qui s’est tenu début janvier rassemble tout ce qui se fait de mieux à travers le monde, et notamment les inventions qui vont façonner l’économie dans les années à venir. C’est précisément l’objectif de Woodoo qui a lancé une véritable révolution en matière de bio-ingénierie en inventant le « bois augmenté ».

En résumé, grâce à des traitements spécifiques mis au point par la start-up auboise, le bois devient aussi rigide que le métal, imputrescible et même translucide, tout en conservant son aspect naturel. Un procédé breveté qui permet des applications révolutionnaires. « Au CES 200 de Las Vegas nous avons présenté un mur d’écrans vidéo en bois de 4m2 qui a fait forte impression et un panneau lumineux mural plaqué de bois véritable », explique Olivier Grange, directeur marketing et communication de l’entreprise, de retour de Las Vegas.

Une fonction esthétique

Des premières mondiales étonnantes parce que, après leur utilisation en tant qu’écran ou lampe, ces objets reprennent leur fonction esthétique première. Ainsi, il est possible d’intégrer des murs d’écrans dans des cloisons en bois, n’affichant des images que lorsque c’est nécessaire. « Nous avons des clients dans l’automobile où les designers sont de plus en plus attachés à l’effet black panel où l’affichage d’information n’apparaît que lorsque c’est nécessaire, pour disparaître ensuite et laisser place aux fonctions esthétiques », poursuit Olivier Grange.

Dans cette optique, Woodoo conçoit d’élégants éléments en bois pour les tableaux de bord de voitures, capables d’afficher des informations. « En fait les applications potentielles sont très nombreuses et ce sont souvent des industriels qui viennent nous voir pour que notre bureau d’études étudie avec eux de nouveaux débouchés », ajoute-t-il. C’est ainsi que des secteurs tels que l’horlogerie, la lunetterie, la décoration sont venus s’ajouter à l’automobile.

Une levée de fonds prévue

Depuis son implantation à la Technopole de l’Aube, la jeune entreprise n’a cessé de grandir et compte aujourd’hui déjà 35 personnes, notamment sur son site de Rosières, où est situé la R&D et un premier atelier de production. Une seconde unité de production auboise est en cours d’installation dans les semaines à venir, à La Chapelle-Saint-Luc. L’année débute sur les chapeaux de roues d’autant que Woodoo va finaliser très prochainement une première levée de fonds de plusieurs millions d’euros. Un pas décisif pour la jeune entreprise qui s’était jusqu’ici financée grâce aux nombreux prix récompensant l’innovation décrochés jusqu’ici.

Les investisseurs se sont bousculés d’autant que Woodoo compte de plus en plus de clients et continue par ailleurs de porter toujours plus loin le « bois augmenté ». Dans les cartons, d’autres projets tout aussi étonnants sont à l’étude comme par exemple un « bois souple » aux multiples fonctions. Des matériaux dans l’air du temps, car le bois augmenté de Woodoo remplace avantageusement le plastique, le béton, l’aluminium ou le verre par exemple. La haute technologie au service des impératifs environnementaux, notamment en matière de raréfaction des ressources.

Laurent Locurcio