Informations régionales économiques et juridiques
129e année

URCA : une tour pour voir loin

Université. Sur le campus du Moulin de la Housse, à Reims, l’implantation d’une tour ICOS* permettant de mesurer les gaz à effet de serre donne à l’URCA des perspectives de développement scientifique.

Avec ses 50 m de haut, la tour ICOS du Moulin de la House, à Reims, est un des fleurons du dispositif européen de suivi des émissions de gaz à effet de serre.

En conclusion des 7e journées scientifiques ICOSFrance, qui se sont déroulées du 12 au 14 octobre à Reims avec pour thème les derniers développements en matière de mesure des gaz à effet de serre, et qui ont rassemblé 120 participants et quatre intervenants internationaux invités (dont Valérie Masson-Delmotte, vice-présidente du GIEC) - tous fort impressionnés par la qualité de l’accueil rémois… -, il a été procédé à l’inauguration de la tour ICOS MDH de Champagne, sur le campus universitaire du Moulin de la Housse.

D’une hauteur de 50 m et équipée de spectromètres d’une précision extrême de 0,1 ppm (partie par million, les spécialistes apprécieront !), elle a vocation à devenir l’une des composantes du réseau international ICOS* dont les quelque 35 tours déjà en service assurent le suivi quotidien et la mesure des gaz à effet de serre et, en constituant ainsi une sorte de cadastre continental, permettent de comprendre l’évolution du réchauffement climatique et ses conséquences.

« Ce projet, stratégique pour notre établissement, sera un outil d’aide à la décision pour l’agriculture »

Les mesures effectuées par la tour seront complétées par des mesures réalisées avec des drones et des ballons susceptibles d’évoluer à 20 ou 30 km dans l’atmosphère (l’un d’eux a d’ailleurs été lâché à cet effet à la suite de l’inauguration de la tour).

L’intérêt de la NASA

Outre le renforcement de la capacité de l’unité mixte de recherche CNRS/GSMA** de l’URCA, et du tout récent pôle de recherche dans le suivi et l’analyse des émissions atmosphériques, Aérolab, l’implantation de la tour ICOS va conférer à l’université une expertise sur les émissions de gaz à effet de serre, tant en milieu urbain que rural. « Ce projet, stratégique pour notre établissement, sera un outil d’aide à la décision pour l’agriculture et améliorera les connaissances sur le changement climatique et les effets de l’exposome », assure Guillaume Gellé, président de l’URCA.

La tour ICOS a été dûment inaugurée. De gauche à droite : Maud Rotger (directrice du GSMA), Michel Ramonet (CNRS - Coordonnateur des mesures de gaz à effet de serre en France), Guillaume Gellé (président de l’URCA), Lilian Joly (URCA - Porteur du projet Aérolab), Valérie Beauvais (députée de la Marne), Denis Loustau (INRAe - Directeur du TGIR ICOS). JR

Il ajoutait que « ces moyens ont également vocation à être mis à disposition de la communauté scientifique dans le cadre de projets de recherche nationaux ou internationaux ». À ce titre, il annonçait la venue, à la fin de l’année, d’une équipe de la NASA pour une campagne de mesures sous ballon ainsi que, l’année prochaine, de plusieurs laboratoires de l’école polytechnique et du CNES pour étudier et mesurer les gaz à effet de serre dans la cadre du projet MAGIC. Bref, du haut de la tour ICOS MDH de Champagne, l’URCA veut voir loin…

*International Carbon Observation System.

** Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique.

Jacques Rivière