Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Une usine de montures de lunettes pressentie à Revin

Industrie. L’implantation d’une usine de fabrication de montures de lunettes pourrait redonner de la visibilité à Revin et faire oublier l’échec de l’implantation des Cycles Mercier à l’été 2021.

C’est sur le site qui devait être préalablement occupé par les Cycles Mercier que Lunette Pour Tous pourrait relocaliser la production de montures jusqu’alors réalisée en Chine et vendues dans 30 magasins en France. DR

Ce sera peut-être la très bonne nouvelle de l’année 2022 dans les Ardennes. La société Lunettes Pour Tous pourrait choisir Revin pour ouvrir une unité de fabrication de montures sur l’ex-friche Porcher. Avec 60 emplois... en vue. L’information a d’ores et déjà été dévoilée par le quotidien économique Les Echos et le magazine Entreprendre. Lunettes Pour Tous (LPT) ouvrira fin 2022 une unité de production en France. Et selon ces observateurs économiques souvent bien avisés, Revin parait d’ores et déjà le mieux placé pour accueillir cette implantation.

« Effectivement, nous sommes en lien avec ce département qui a retenu notre attention. J’ai été très touché par leur approche et la qualité du dossier présenté. C’est donc un des sites pressentis », ne cache pas Paul Morlet, co-fondateur en 2014 de Lunettes Pour Tous et actuel dirigeant de cette entreprise. Pour rappel, LPT a été créée avec le fondateur de Free, Xavier Niel, que Paul Morlet était parvenu à convaincre de financer sa première boutique parisienne. Fort du succès populaire remporté par le concept connu sous le slogan « Vos lunettes de vue en dix minutes pour dix euros », le jeune entrepreneur veut désormais prolonger cette réussite en construisant un atelier de production pour réaliser ses propres montures de lunettes, 100% made in France.

Une relocalisation de 300 000 montures

Aujourd’hui, après avoir bouleversé le marché de la vente de lunettes en cassant les prix d’optiques, LPT a sérieusement décollé dans ce secteur d’activité. Au point que l’enseigne qui emploie 387 salariés, compte 30 magasins et réalise un chiffre d’affaires de plus de 20 millions d’euros souhaite désormais se lancer dans un nouveau pari, industriel celui-là : faire émerger une usine en France pour répondre à un objectif économique. Et pour cela rapatrier sur le sol français 40 % d’une production actuellement faite en terre asiatique. Soient 300 000 montures par an tout de même. Revin est donc bien placé pour accueillir cet établissement dans une partie des ex-locaux Porcher pressentis pour accueillir le projet des Cycles Mercier en 2021 (voir PAMB 7927).

« Si on fait le calcul, la production de montures en France n’est pas beaucoup plus onéreuse. Cela nous permet d’avoir moins de stocks tout en supprimant les frais de port et les coûts d’immobilisation », a révélé Paul Morlet. Une option industrielle paraît d’ores et déjà privilégiée, faisant la part belle à la sortie en petites séries de montures « haut de gamme » en écaille et transparentes, réalisées en acétate. Dans un premier temps, 25 salariés seraient embauchés avec un objectif à court terme de soixante recrutements pour une production de 750 000 montures d’ici quelques années. Le futur site serait alors le fournisseur exclusif de Lunettes Pour Tous et la deuxième plus grande usine d’Europe. Le chantier de construction démarrerait dès la fin d’année 2022.

La dette de l’État envers Revin

Des pourparlers sont d’ores et déjà en cours dans le département des Ardennes avec les autorités locales sous le couvert et le concours de l’Etat qui a, on le sait, une dette envers ce territoire depuis son désengagement dans le projet des Cycles Mercier. Si plusieurs régions ont approché et courtisé Paul Morlet, le projet de Lunettes Pour Tous, fait donc partie des cibles pistées en haut lieu pour compenser le territoire ardennais. Alors que la commune de Revin a encore du mal à se remettre de cet épisode, son choix par LPT constituerait incontestablement une belle opportunité pour les Ardennes. Mais il faut maintenant attendre et voir…

Pascal Remy