Informations régionales économiques et juridiques
129e année

Une transformation complète pour la Résidence sociale de la Vence

Bâtiment. Porté par le bailleur social Espace Habitat, le projet de restructuration et de réhabilitation du foyer de la Vence qui commencera en décembre sera aidé par l’Etat à hauteur de 1,1 million d’euro.

Grégory Louvet, directeur du patrimoine à Espace Habitat présentant le projet. Pascal Rémy

Construite en 1977 et composé de trois bâtiments juxtaposés et communicants, la Résidence Sociale de la Vence, implantée dans le quartier de la Ronde-Couture à Charleville va faire l’objet d’une ample opération de restructuration et rénovation thermique. Maître d’ouvrage du projet, Espace Habitat consacrera un budget de l’ordre de 4 millions d’euros à cette action qui bénéficiera d’une aide conséquente de l’Etat (1,1 million d’euros) dans le cadre du volet transition énergétique du plan de relance.

« Dans des bâtiments jusqu’alors plutôt énergivores, il y a matière à faire »

« C’est une réalisation d’envergure puisque l’on est à un niveau d’investissement qui va au-delà de ce qu’on a l’habitude de faire dans des réhabilitations plus classiques. La transformation et l’amélioration de cet immeuble collectif nécessitera deux ans de travaux », confie Grégory Louvet, directeur du patrimoine et membre du directoire d’Espace Habitat. Propriétaire de l’ensemble immobilier, le bailleur social ardennais travaillera de concert avec l’association Resideis, gestionnaire de cette structure qui a pour vocation de favoriser le parcours résidentiel de personnes en précarisation n’ayant pas accès aux logements conventionnels et de droit commun.

Une toute nouvelle configuration des lieux

La réhabilitation projetée aboutira à une nouvelle configuration des lieux aboutissant à la suppression des chambres individuelles, du logement de fonction et des équipements communs (cuisines et sanitaires collectifs) pour arriver à un ensemble répondant plus à la demande actuelle. Soit une capacité d’hébergement finale de 100 studios et de 17 logements de type F1, répartis dans une pension de famille et le reste de la résidence.

« Il s’agit d’insuffler une nouvelle vie et de redonner une attractivité à ce lieu en réajustant la typologie de l’offre. Nous allons transformer des cellules de petite taille en des studios d’une surface moyenne de 21 m2 avec salles de douche et sanitaires intégrés. Ce qui va parfaire la qualité technique, esthétique et architecturale du foyer tout en optimisant le confort des locataires occupants », poursuit Grégory Louvet.

Cette reconfiguration intérieure s’accompagnera d’une amélioration thermique globale visant à bonifier l’étiquette énergie DPE (diagnostic de performance énergétique) de la résidence de deux classes pour passer d’une étiquette E à C. « Dans des bâtiments jusqu’alors plutôt énergivores, il y a matière à faire ». Ambitieux, ce chantier durant lequel Resideis devra reloger les locataires démarrera début décembre pour une durée prévisionnelle de 24 mois en deux phases distinctes et successives. L’appel d’offres vient d’être lancé. Rappelons qu’Espace Habitat (182 collaborateurs, plus de 12 000 logements) a été intégré en fin d’année 2020 à la coopérative Mon Abri.

Pascal Remy