Informations régionales économiques et juridiques
130e année

Un whisky aubois au caractère de terroir

Agriculture. Une distillerie implantée dans une ferme pour produire Soligny, le premier whisky « de la parcelle à la bouteille ».

Véronique et Vincent Godier dans la nouvelle distillerie de Soligny. Laurent Locurcio

Un whisky de la parcelle à la bouteille, entièrement made in France est le défi relevé par Véronique et Vincent Godier. Agriculteurs dans le Nogentais, mais aussi vignerons en Bourgogne, ils ont investi un million d’euros dans une distillerie flambant neuve sur l’exploitation familiale de Soligny-les-Étangs. C’est d’ailleurs à ce village du Nogentais que ce whisky aubois emprunte son nom. « Soligny parce que c’est un whisky ancré dans le terroir mais aussi parce que le nom passe bien à l’international », explique Vincent Godier. Un marché de l’export que ce dernier connaît bien grâce à sa production de vins de Bourgogne du côté de Nuits-Saint-Georges.

Soligny « campagne spirit » affiche déjà de belles ambitions, avec une production de 25 000 bouteilles dès 2024 et plus de 50 000 bouteilles à sept ans. Par rapport aux whiskies écossais, celui produit en France peut s’appuyer sur un aspect terroir plus marqué puisqu’on y cultive beaucoup d’orge. « Nous avons identifié des parcelles qui conviennent bien à la culture de variétés d’orge spécifiques à la production de whisky », précise-t-il. Un patient travail de sélection des terres et des variétés a été réalisé dans cet objectif. Aux caractéristiques agronomiques des terres du Nogentais s’ajoutent aussi des pratiques culturales sans produits phytosanitaires, en optant par exemple pour le désherbage mécanique.

L’orge produit sur la ferme pour le whisky Soligny – une dizaine d’hectares en 2022 – est ensuite transformé en malt dans une malterie vosgienne, spécialisée dans les spiritueux et le whisky en particulier. Le malt revient ensuite dans la distillerie qui vient d’être inaugurée pour être transformé en whisky. À Soligny, l’équipement de la distillerie fait appel aux dernières technologies avec un alambic connecté permettant un pilotage très précis des diverses phases de distillation.

Lancement en 2024

Il faudra encore s’armer de patience puisque le breuvage doit reposer au moins trois ans en fûts de bois avant de pouvoir être mis en bouteille et commercialisé. Le vaste bâtiment inauguré comprend à la fois une distillerie et le lieu d’entreposage des fûts dans des conditions optimales de vieillissement. Le whisky Soligny commencera à être commercialisé auprès du circuit des cavistes et de la restauration, et en direct également soit en ligne, soit sur place. En attendant, dès 2022, une première eau-de-vie de malt sera disponible.

Le « whisky parcellaire », ainsi nommé parce qu’il s’appuie sur une traçabilité totale de la culture de l’orge à la distillation, s’impose de plus en plus auprès des amateurs face aux grands concurrents écossais, irlandais et américains. Une « économie de la proximité » qui surfe sur l’engouement pour les productions locales aux caractéristiques de terroir bien définies. « La France est le premier producteur de malt au monde, en particulier grâce à notre région qui en produit 20 % à elle seule », rappelle le député aubois Gérard Menuel, venu participer à l’inauguration de la distillerie.

Laurent Locurcio